<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

AVANT DE T'AIMER......JE M'AIME

Laisse-moi te dire qu'avant de me livrer à toi, j'ai besoin de me livrer à moi-même, de connaître mes tortuosités et d'entrer dans les zones les plus silencieuses et sombres de mon âme. Je veux connaître tous mes secrets, savoir ce qui me fait sentir bien et ce qui me rend malade et enquêter sur leur raison.
J'appartiens à cette catégorie de gens qui pensent qu'avant un " je t'aime ", il faut savoir dire " je m'aime " pour être correct avec l'autre.
J'ai besoin de savoir quelles sont mes blessures et quel est le point exact qui les fait saigner à nouveau.
Connaître mes forces et savoir ce qui me définit le plus, quelle est mon empreinte, mon point fort... pour ensuite, quand l'occasion le voudra, cadeau avec un sourire. Je préfère m'aimer d'abord pour que je puisse t'aimer bien et en bonne santé. Et si tu doutes encore, ne t'inquiète pas, quand tu auras lu cette lettre, tu comprendras tout ce que j'ai à te dire.
J'ai commencé à comprendre à quel point c'était important de m'aimer quand j'avais oublié comment le faire. Juste quand j'étais pire et que je me decidais à mendier l'amour aux autres pour aller bien.
Mon faux bien-être dépendait de l'approbation des autres et de leur état d'esprit. S'ils décidaient de me flatter et de m'offrir quelques flatteries, je pensais être heureux ; quand ils me critiquaient ou méprisaient, je me considérais comme un raté. Sans le savoir, j'avais remis les clés de mon bien-être à n'importe qui, je me suis oublié moi-même
Je me suis tellement poussé à devenir ce que les autres personnes voulaient et au final, un total inconnu à mes yeux. Je ne savais même pas ce que j'aimais, où je voulais aller ou quels étaient mes rêves, parce que tout le monde me l'avait dit. Je me niais moi-même l'occasion de me connaître, même si la vérité était que je ne savais pas que c'était possible.
Un beau jour, je me suis éclaté tout seul, mais je l'ai fait. Au début, je ne comprenais pas ce qui m'était arrivé, j'étais juste malade et je pleurais, mais au fil du temps, j'ai réalisé que c'était un appel d'aide à moi-même. À partir de ce moment, j'ai réalisé que je ne pouvais pas continuer à être une personne à moitié et aux dépens de ce que les autres pensaient. J'en ai eu marre d'être qui je n'étais pas pour que les autres soient bien, et j'ai commencé à me retrouver peu à peu. J'ai commencé à m'aimer.
Je m'aime tellement, imparfait, mais authentique
Tout à coup, j'ai pris conscience de pouvoir être plus indépendant que je ne l'imaginais, que mon opinion était aussi bonne et que mes yeux étaient beaux. J'adorais réaliser que je pouvais agir sans que les autres me donnent leur consentement (même si, crois-moi, c'était difficile...).
Je me suis mis à m'intéresser à moi, je me demandais comment j'allais et si la journée était nuageuse, je me demandais comment faire sortir le soleil. Je n'avais plus besoin que les autres me disent ce que je valais parce que moi, de façon autonome, j'étais capable de le reconnaître : S'ils m'adressaient quelques critiques ou je ne savais pas faire quelque chose, ce n'était pas de moi que je doutais.
J'ai appris à aimer mes défauts et j'ai essayé de les améliorer et de valoriser mes succès et mes compétences, et avec cela j'ai abandonné la pensée obsessionnelle d'être parfait pour tout le monde. Maintenant j'aime mes imperfections parce que sinon, ce serait comme amputer une partie de moi.
Je m'aime pour me montrer authentique et ne pas prétendre être qui je ne suis pas.
Je m'aime pour éviter que tu doives me sauver.
Tu te demandes sûrement ce que cela a à voir avec nous deux, mais tu dois le savoir parce que tu comprendras comment aurait pu être ma relation avec toi quand je ne pariais même pas sur moi-même.
Si tu ne m'aimais pas, je te confierais mon devoir de me rappeler qui je suis et de rassasier mes doutes sur l'amour et ma méfiance. Tu serais responsable de mon état d'esprit, ou au moins je te verrais comme ça, et j'agirais en conséquence. Tu devrais me sauver chaque fois que mes insécurités se présentent pour remettre en question ma valeur.
Ce ne serait pas un amour sain, mais notre relation serait la tentative de guérir mes blessures. Je ne veux pas dire que quand je suis malade, tu n'as pas à te réchauffer ou à m'offrir tes bras comme refuge, mais ce n'est pas à toi de me rappeler tous les jours qui je suis et ce que je vaux pour que je sois bien C'est mon boulot.
Je refuse de te faire payer pour les fantômes de mon passé. C'est pour cette raison que j'ai besoin de temps pour m'aimer, pour mettre en place mes peurs et mes vulnérabilités, et je ne veux pas qu'ils nous blessent. Parce que tu n'as pas à me libérer ou me sauver de mes vides, tu n'es pas mon sauveur.
Je m'aime pour te donner le meilleur de moi et ne pas te rendre responsable de mon malaise. Je m'aime parce que mon but est de grandir avec toi.
Ce que je veux, c'est partager mon chemin avec toi à partir de la confiance et de la compréhension pour construire un amour loin du besoin et continuer à grandir. C'est pour ça qu'avant de t'aimer, je m'aime. Parce que je ne veux pas me perdre dans le rapport, mais avec toi.

Je m aime 2
Source : la menteemeravigliosa.com

 

respect je m'aime confiance en soi