<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

medifood

QU'EST-CE QU'UN ALIMENT FONCTIONNEL

Il y a de bonnes chances que vous ayez consommé des aliments fonctionnels sans le savoir
Le terme aliment fonctionnel (functional food en anglais) fait maintenant l'unanimité, après plusieurs années de valse-hésitation. Il a supplanté le mot "alicament", qui était notamment utilisé en France, et les termes anglais designer food, pharmafood, medifood et vitafood. 
Le terme "aliment fonctionnel" réfère à un aliment qui procure un bénéfice sur la santé au même titre que les nutriments. Ce terme peut concerner n'importe quel aliment, ainsi que les suppléments diététiques qui peuvent potentiellement avoir un effet bénéfique sur la capacités intellectuelles ou physiques ou réduisent le risque de contracter une maladie.

Ce qui fait la particularité d'un aliment fonctionnel, c'est son aspect santé.
Le brocoli, l'oignon, l'huile d'olive et les poissons gras, par exemple, sont donc des aliments fonctionnels, car ils renferment plusieurs composés bénéfiques pour la santé, tels que les sulforafanes, les flavonoïdes ou les oméga-3. On peut les qualifier d "aliments fonctionnels par nature" ou encore d'aliments fonctionnels intrinsèques. 

Le marché des aliments fonctionnels croit rapidement partout dans le monde. Le Japon produit et consomme environ la moitié de ce marché, mais les Etats-Unis présentent le plus fort taux de croissance. Le marché des produits laitiers naturels enrichis en probiotiques, comme les yaourts et les laits fermentés croit rapidement en Europe. Plusieurs raisons font que ces aliments sont attractifs pour les consommateurs.
- Les consommateurs désirent prévenir plutôt que guérir certaines maladies.
- Les frais médicaux augmentent
- Les consommateurs sont au fait de la relation alimentation/ santé
- La population des pays industrialisés vieillit
- Les consommateurs veulent contrecarrer l'augmentation des dangers relatifs à la pollution de l'environnement.
- Il y a de plus en plus de preuves scientifiques de l'efficacité des aliments fonctionnels.

En Espagne, depuis peu, on enrichit du pain avec de l'hydroxytyrosol, un sous-produit de la fabrication de l'huile d'olive. C'est un polyphénol considéré comme l'un des ingrédients-clés du régime méditerranéen 

UN PEU D'HISTOIRE
On attribue la "paternité" des aliments fonctionnels au Japon, mais le célèbre médecin grec Hippocrate avait déjà fort bien compris le concept en affirmant, près de 500 ans avant notre ère : "Que ton aliment soit ta seule médecine." Ces paroles d’Hippocrate, le père de la médecine occidentale, sont aujourd’hui encore plus vraies que jamais. Chaque jour, la relation entre les aliments et la santé est renforcée. L'utilisation des aliments à des fins médicinales est à votre porte avec les aliments fonctionnels.

Dès le début des années 1980, le gouvernement japonais a financé des programmes de recherche sur les aliments afin d'en analyser en profondeur les bénéfices santé. En 1991, le Japon a adopté une réglementation sur les Food for Specified Health Uses (FOSHU), qu'on peut traduire en français par "aliments pour des besoins de santé spécifiques". Son but : ralentir l'augmentation des coûts de santé et inciter les Japonais à consommer plus de fibres et de calcium. Il n'est peut-être pas si étonnant que le concept d'aliment fonctionnel ait vu le jour en Asie, où une tradition médicinale millénaire repose, en partie, sur l'alimentation.
D'autres pays sont très actifs en matière d'innovation alimentaire, comme la Finlande et la Suède. L'Europe en général semble ouverte au marché des aliments fonctionnels et des directives encadrant ce secteur sont actuellement à l'étude. Aux États-Unis, différentes lois déjà en vigueur, mais non spécifiques aux aliments fonctionnels, permettent la mise en marché de certains produits comme les margarines enrichies en stérols.


L'émergence actuelle des aliments fonctionnels partout dans le monde est le résultat d'une combinaison de plusieurs facteurs.
- Les progrès de la recherche scientifique. 
Des années 1950 à 1980, le lien entre l'alimentation et les maladies chroniques a été exploré et progressivement établi par les chercheurs. C'est au cours des années 1970 que les autorités ont commencé à mettre sur pied des recommandations alimentaires spécifiquement destinées à prévenir les maladies chroniques comme les troubles cardiovasculaires et le cancer.

- Les progrès de la recherche sur les aliments. 
Depuis une vingtaine d'années, les chercheurs ont prouvé que les aliments contiennent bien autre chose que des calories, des protéines, des glucides, des vitamines ou des minéraux. De la graine de lin aux poissons gras sources d'oméga-3, en passant par les petits fruits pleins de bénéfiques polyphénols, les chercheurs n'ont pas fini d'identifier tous les atouts santé des aliments. Dans les faits, beaucoup d’aliments sont considérés comme fonctionnels car, la science découvre continuellement de nouvelles composantes qui sont bénéfiques pour la santé (antioxydants, éléments phytochimiques, etc.). Les centres de recherche sur les aliments fonctionnels pullulent à travers le monde, y compris au Canada. Au Québec, l'Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF), rattaché à l'Université Laval, est très actif dans le domaine.

- L'intérêt des consommateurs. 
Cet intérêt augmente avec le vieillissement d'une population qui veut se maintenir en bonne santé plus longtemps. Cet intérêt a aussi été stimulé par les préoccupations santé des baby-boomers devant l'augmentation fulgurante des maladies chroniques ainsi que par la tendance sociale à prendre sa santé en main (self-care).Selon les éléments nutritifs qui les distinguent, les aliments fonctionnels pourraient contribuer à la prévention et à la réduction des risques de cancer, de maladies cardiovasculaires et de diabète, ainsi qu’à la diminution de problèmes de santé tels que l’hypertension et les troubles gastro-intestinaux
Les tendances dans les changements démographiques et socio-économiques indiquent aussi un besoin plus élevé de produits alimentaires bénéfiques pour la santé. Ainsi, l’augmentation de l'espérance de vie, aboutissant à une augmentation du nombre de personnes âgées et le désir d'améliorer la qualité de vie, ainsi que l’augmentation constante des dépenses des soins de santé, a stimulé les gouvernements, les chercheurs, les professionnels de santé et l'industrie alimentaire à voir comment ces changements pouvaient être gérés plus efficacement. Le consommateur dispose déjà aujourd’hui d’un grand nombre de produits, mais il faut désormais identifier les aliments candidats au statut d’aliment fonctionnel, notamment pour réduire le risque ou retarder l’évolution des maladies cardiovasculaire, du cancer et de l’ostéoporose. Associés à un style de vie sain, les aliments fonctionnels peuvent contribuer positivement à la santé et au bien-être.

- L'intérêt de l'industrie. 
Souvent pointée du doigt parce qu'elle met sur le marché bien des aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés, l'industrie voit dans les aliments fonctionnels une source de profits et un moyen de redorer son blason. Le marché des aliments fonctionnels au Canada représenterait de 1 à 2 milliards de dollars, avec une croissance prévue de 20 % par année. D'ici 2010, le marché mondial pourrait, selon certaines estimations, atteindre 35 milliards de dollars.

- L'intérêt des autorités publiques. 
Inégalement développé à travers le monde, cet aspect touche l'augmentation exponentielle des coûts de santé liés aux maladies chroniques comme les troubles cardiovasculaires, le cancer, le diabète et l'obésité. Certains pays, notamment le Japon, ont fait le pari que l'intégration d'aliments fonctionnels dans l'alimentation peut améliorer la santé de la population et ainsi freiner l'augmentation des coûts de santé.

- Les progrès technologiques. 
Des procédés de traitement industriels de pointe permettent notamment d'incorporer certains composés à des aliments sans nuire à leur goût, à leur texture, à leur conservation, etc. Il s'agit aussi de s'assurer que l'effet bénéfique des molécules ajoutées résiste au traitement industriel. Par exemple, incorporer de l'huile de lin dans un jus d'orange exige de recourir à des procédés avancés. Au Québec, le Centre de recherche et de développement sur les aliments (CRDA) de St-Hyacynthe est particulièrement actif à ce chapitre. Il est financé par Agriculture et Agroalimentaire Canada.
Certains préfèrent retrouver les effets bénéfiques des aliments sous forme de comprimés rapides à avaler. Attention : tant que la réglementation canadienne ne contrôlera pas plus efficacement ces produits naturels, le contenu en ingrédients actifs de ces pilules n’est pas garanti.

Les aliments renferment plusieurs éléments nutritifs connus ou encore à découvrir. Plutôt que d’acheter des nutraceutiques qui ne contiennent qu’une seule composante bénéfique pour la santé, misez sur les aliments : vous serez toujours gagnant !

LE RÉGIME "MÉDITERRANÉEN" AUGMENTE L’ESPÉRANCE DE VIE: VOICI LA PREUVE BIOLOGIQUE
Des chercheurs américains apportent la démonstration à l’échelon chromosomique que cette manière de se nourrir permet véritablement de prolonger la vie.
Le régime méditerranéen est aujourd’hui connu de tous (ou presque). Il s’agit, schématiquement, d’une alimentation caractérisée par la consommation prioritaire de fruits, de légumes et de céréales. Il s’agit aussi d’un modèle nutritionnel dont les principaux ingrédients sont l’huile d’olive, les céréales, les fruits et légumes frais ou séchés, les légumineuses qui comporte une proportion limitée de produits laitiers et de viandes (et plus généralement de graisses saturées). Sans oublier une consommation régulière mais modérée de vin, pendant les repas. Un modèle qui dépasse l’alimentaire: il est désormais inscrit au «patrimoine culturel immatériel de l’humanité» de l’Unesco.
Longueur des télomères
Cette alimentation est connue pour ses multiples vertus qu’il s’agisse de sa plus grande sensation de satiété (due à l'huile d'olive) qui réduit les apports caloriques ou de la prévention des maladies cardiovasculaires . Des vertus qui avaient a priori un impact bénéfique sur l’espérance de vie. Cet impact n’est plus aujourd’hui supposé ou théorique: il est démontré: le régime méditerranéen peut contribuer à augmenter de quelques années l’espérance de vie. Cette démonstration vient d’être fournie par une étude américaine dont les résultats sont publiés  dans le British Medical Journal
Le travail a été mené par une équipe de chercheurs dirigée par le Dr Immaculata De Vivo (Brigham and Women’s Hospital, Harvard Medical School, Boston). Il établit pour la première fois de manière claire que le fait de se nourrir selon le  régime méditerranéen est bel et bien associé à des longueurs plus importantes des "télomères", extrémités des chromosomes qui sont des biomarqueurs de vieillissement de l’organisme.
Mode de vie
"Télomères": On désigne ainsi les régions situées aux extrémités des chromosomes, et dont l’ADN joue un rôle-clef dans le maintien de la stabilité de ces derniers. Il est aujourd’hui bien démontré que la réduction de la taille des télomères est un fidèle reflet du vieillissement des cellules, l’annonce programmée de leur mort prochaine. A l’inverse  une taille conservée des télomères est un reflet biologique d’une forme d’aptitude à la longévité.  Des études précédentes avaient montré que le fait de modifier certains facteurs de mode de vie, comme l’alimentation, l’exercice mais aussi la méditation pouvait contribuer à rallonger la longueur des télomères. Aujourd’hui les auteurs américains montrent que l'adhésion au régime méditerranéen est bien de nature à atténuer le raccourcissement des télomères.
Ce travail a été mené chez 4.676 femmes d'âge moyen en bonne santé participant à la cohorte Nurses' Health Study. Elles ont fourni une série de renseignements sur leurs apports alimentaires par questionnaire et accepté un prélèvement un sanguin pour la mesure de la longueur de leurs télomères. Un score d'alimentation sur neuf items points a été calculé afin de situer, pour chaque participante, son degré d’adhésion au régime méditerranéen. 
Réduire le risque de décès
Après ajustement avec les différents facteurs de confusion possibles, les auteurs de ce travail  montrent qu’une plus forte adhésion au régime méditerranéen est significativement associée à des télomères plus longs. Mieux: chaque augmentation d’un point du score correspond précisément à l’équivalent de 18 mois de vieillissement en moins des télomères.  Selon cette étude aucun des aliments ou nutriments individuels consommé dans le cadre du régime alimentaire n’est  spécifiquement associé à la longueur des télomères: c’est bien la combinaison des différents éléments du régime méditerranéen qui est associée à ce bénéfice de longévité potentielle.
Ces résultats confirment que le régime méditerranéen peut être considéré comme "une pierre angulaire des conseils diététiques"  – et ce qu’il s’agisse de la prévention des maladies cardiovasculaires ou, plus globalement, des risques de décès prématurés. C’est dire l’importance que l’ont doit accorder à son alimentation tout comme à la diffusion des informations sur les bienfaits du régime méditerranéen.

Diete mediterranneenne et sante presentation finale alexandra bedarddiete-mediterranneenne-et-sante-presentation-finale-alexandra-bedard.pdf (1.48 Mo)

CONCLUSION
Les aliments fonctionnels offrent un grand potentiel pour améliorer la santé et/ou lutter contre l’apparition de certaines maladies, à condition qu’ils soient pris au sein d'un régime équilibré et d’un style de vie sain. Le sujet des allégations de santé est de plus en plus d’actualité. Désormais, un large consensus et une structure légale dans l'UE seraient nécessaires pour protéger les consommateurs, promouvoir le commerce et encourager l'innovation dans l'industrie alimentaire. Les aliments fonctionnels constituent sans nul doute le plus grand défi des scientifiques, aujourd’hui et à l'avenir. La communication aux consommateurs est également vitale pour les aider faire des choix éclairés sur les produits alimentaires qu'ils aiment manger.
N'hésitez pas, n'hésitez plus !!!
https://mdietline.com/?id=vitamia1

Nature 2

Sources
http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=aliments_fonctionnels_definition_do
http://www.food-info.net/fr/ff/intro.htm
http://www.eufic.org/article/fr/expid/basics-aliments-fonctionnels/
https://www.planetesante.ch/Magazine/Alimentation-et-nutrition/Mieux-manger/Le-regime-mediterraneen-augmente-l-esperance-de-vie-voici-la-preuve-biologique
http://www.bmj.com/content/349/bmj.g6674?etoc=