<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

microbiote

ACCRO AU SUCRE ? SOLUTIONS POUR DÉCROCHER

Êtes-vous morose et anxieuse sans vraiment savoir pourquoi? Devenez-vous irritable et désagréable avec mes amis et ma famille. Perdez-vous votre calme facilement et vous sentez-vous usé(e)? tombez-vous malade fréquemment? Ou observez-vous cela autour de vous et notamment les enfants ?
Mais aussi des symptômes comme:  fatigue chronique, gaz, constipation problèmes de peau.
Quel est le point commun qui pourrait expliquer tous ces symptômes partagés ?
Il se trouve que le point commun est le sucre.

Des études montrent que le sucre affaiblit le cerveau, perturbe les fonctions organiques, retire du calcium au corps, attaqueles réserves de minéraux du corps, entraine la dépression et l'obésité et conduit les cellules à la mort.
Parce que le sucre est tellement difficile à assimiler, le corps doit utiliser beaucoup de vitamines et de minéraux juste pour essayer d'utiliser cette toxine. Un afflux soudain de sucre, même juste une cuillère à soupe, crée une tension dans le corps. Il prend tout ce qu'il a, tel que sodium, magnésium et potassium, juste pour restaurer l'équilibre. En d'autres mots, le sucre crée un désordre chaotique dans nos corps et nous prive d'une grande partie de nos saines ressources.
Le sucre ne s'arrête pas là pour autant. D'abord, il est stocké dans notre foie sous la forme de glycogène. Mais avec une alimentation quotidienne de sucre raffiné, le foie enfle. Cela entraine un retour de sucre - maintenant sous forme d'acides gras - qui se déverse dans le sang. Et où va-t-il ensuite ? La réponse, ennuyante et frustrante, est qu'il va directement dans des zones inactives telles que les hanches, les fesses, le ventre et les cuisses.
Manger du sucre tue  les bonnes (ou symbiotiques) bactéries, qui sont nécessaires aux intestins. La dépression, la fatigue et la confusion peuvent résulter de cette réaction. Le cerveau a besoin d'acide glutamique pour fonctionner correctement. La vitamine B aide l'acide glutamique à diviser les réponses "stop-allez" du cerveau. Sans les bonnes bactéries pour traiter la vitamine B, insomnies, manque de mémoire et même troubles pour faire de simples calculs peuvent survenir. Sur le long terme, cela peut mener à la maladie d'Alzheimer ou à la démence et la dépression....

Accro au sucre

Avalé en grande quantité, le sucre peut rendre accro
Plusieurs études scientifiques montrent qu’une alimentation très riche en fructose et en glucose déclenche des mécanismes cérébraux similaires à ceux de l’addiction aux drogues.
En petits carrés, en poudre, ajouté ou caché, le sucre adoucit et donne de la saveur. Sans compter son pouvoir réconfortant face aux contrariétés du quotidien. Mais le sucre n’a pas que des qualités. Il est un facteur clé des épidémies de diabète et d’obésité dans le monde. L’Organisation mondiale de la santé a d’ailleurs revu ses directives et recommande d’en réduire l’apport à moins de 5% de l’apport énergétique total, ce qui équivaut à environ 25 grammes ou 6 cuillères à café par jour. Malgré l’abondance de messages et autres publications nous invitant à "décrocher" du sucre, sa consommation continue de croître.

Les enfants et le sucre
Bonbons, sucettes, chocolat, biscuits… Vous l’aurez sans doute remarqué, les enfants sont attirés par tout ce qui est sucré. "Tout d’abord, le goût des enfants est différent de celui des adultes, les plus jeunes étant plus sensibles au goût sucré. Mais aussi, les enfants, et plus encore les adolescents, sont plus impulsifs que les adultes et résistent plus difficilement à la tentation."Les industriels l’ont d’ailleurs bien saisi et savent en jouer, à grand renfort marketing. Mais, selon le spécialiste, l’attitude des adultes aurait aussi un effet renforçateur par rapport à ce phénomène: "Les adultes utilisent le sucre afin de contrôler les enfants. Offrez une récompense sucrée à un enfant, et l’effet est décuplé." Et que dire de l’utilisation –il est vrai assez efficace– du sucre comme "antalgique"chez l’enfant? "S’agit-il d’un effet de détournement de l’attention (et donc de la douleur), d’un surinvestissement émotionnel par rapport au goût ou est-ce vraiment une diminution objective des sensations douloureuses?"s’interroge le spécialiste. La question reste ouverte. Quoi qu’il en soit, les adultes ont tendance à donner du sucre aux enfants pour avoir la paix, amplifiant ainsi le cercle vicieux de leur attirance pour le goût sucré.

Comment vaincre l’addiction au sucre ?
Ce sont les questions les plus fréquentes de la part des mes consultants mais aussi leurs obstacles les plus difficiles à surmonter : "Je n’arrive pas à me passer d’un peu de produits sucrés tous les jours… Comment faire ?"
Face à ce problème majeur qui concerne beaucoup trop de personnes, il existe deux coupables:
- Le premier coupable est vous-même. Car vous seul êtes capable de vous gérer et de vous prendre en main. Mais je vous l’accorde. Vous pouvez soit manquer de motivation ou soit de connaissances pour faire face à ce problème. Et c’est la raison pour laquelle je vais vous aider et vous guider tout au long de cet article.
- Le deuxième coupable, ou plutôt coupables, sont les industriels. En effet, ces derniers ont réussi, depuis des dizaines d’années, à monopoliser le monde de l’alimentation en la transformant et en la rendant non seulement très mauvaise pour la santé mais aussi très addictive. C’est la raison pour laquelle le nombre de personnes en surpoids, les cas de diabètes, le nombre d’accidents cardio-vasculaires, les cas de cancers ou tout autre type de problème de santé augmentent considérablement depuis plusieurs années. Et c’est aussi la raison pour laquelle vous faites peut-être partis de ceux ou celles qui rencontrez des problèmes d’addiction au sucre, à la malbouffe ou à tout type de produits préparés disponibles en supermarchés.

Vous voulez savoir pourquoi vous êtes accro au sucre ou à la malbouffe ?
Par exemple, les industriels qui confectionnent les chips ont étudiés pendant de nombreuses années l’équation parfaite entre la quantité de sel, de sucre et de graisses qui pouvait rendre le consommateur accro. N’avez-vous jamais manger un paquet de chips sans pouvoir vous arrêter ? Vous savez ces chips aux différentes saveurs dont on se lèche les doigts tellement le goût est… addicitif !
Voici les pires choses que les industriels ont intelligemment réfléchies et travaillées afin de rendre le consommateur accro et que l’on peut retrouver dans la quasi totalité des produits préparés (sucrés et salés) ou dans les nourritures de fastfood.

- Du glutamate monosodique (GSM) : c’est un additif alimentaire qui ressemble à du sel et qui est censé rehausser le goût du plat. Depuis plus de 50 ans le GMS est fabriqué industriellement comme exhausteur de goût. Or le GMS est assez controversé…. Certains l’accuse de donner soif, d’autres des nausées, des maux de tête, d’estomac ou encore des douleurs à la poitrine. Pire encore ca ferait même perdre les cheveux chez certaines personnes ! Cependant il semblerait que la recherche scientifique n’attribue pas d’effets néfastes à cet additif… Même si  la "Food and drug adiministration" américaine l'a classé comme "généralement reconnus innofensif" , je reste assez sceptique dans la mesure où c’est un produit qui est fabriqué industriellement et qui n’est plus "naturel" (comme présent dans certains aliments) mais chimique. De plus l’aveu des industriels est frappant: "Parce que son emploi est devenu une "nécessité commerciale " car il permet de rendre les consommateurs dépendants des aliments qui en contiennent. Les consommateurs choisissent donc leurs produits plutôt que ceux des concurrents, et mangent ainsi davantage que si le Glutamate monosodique n’avait pas été ajouté"
- Du sirop de maïs élevé en fructose: c’est un édulcorant bon marché que lʼon retrouve dans beaucoup de produits (jus de fruits, boissons énergétiques ou sportives etc.) et qui est produit à base de sirop de maïs chimiquement transformé par un processus enzymatique pour augmenter la teneur en fructose. Or, il faut savoir que le fructose est converti plus facilement en graisse dans le corps que tous les autres types de sucre. En effet, Le glucose entre dans les cellules par l’action de lʼinsuline alors que le fructose entre dans les cellules par une action totalement séparée qui ne dépend pas de l’insuline. Le sucre normal donne un sentiment de satisfaction qui signale au cerveau d’arrêter de manger alors que le fructose ne donne pas un sentiment de satisfaction car il nʼest pas transporté dans le cerveau.
- Des édulcorant artificiels: les édulcorants artificiels sont des sucres chimiques qui peuvent vous faire grossir car ils trompent votre corps et ne lui apportent pas vraiment ce dont il a réellement besoin. Lʼaspartame par exemple, nʼa aucune calorie, mais un de ses ingrédients, l’acide aminé phénylalanine, bloque la production de sérotonine, un produit chimique qui entre autres contrôle vos envies. Lorsque vous avez un manque de sérotonine dans le cerveau, cela conduit votre organisme et votre cerveau à avoir envie dʼaliments comme des féculents, du glucose à haute teneur en calories, et ne font que "saboter" votre régime. Si vous augmentez les quantités dʼaspartame, vos envies pour ce genre dʼaliments deviendront encore plus intenses.
- Enfin, même s’ils sont naturels, beaucoup trop de sucres ajoutés ou de sel qui permettent, non seulement de vous rendre accro, mais aussi d’ajouter du poids dans les plats afin de les vendre au bon prix sans pour autant que ces derniers ne disposent de vrais aliments nourrissants. En gros, vous payez plus cher que ce que vous ne devriez…
Voilà donc pourquoi au plus vous mangerez d’hamburger ou de nuggets en fastfood, au plus vous en redemanderez. La même chose vaut pour les biscuits, les tartes industrielles, tout type de dessert, les plats préparés même censés êtres "sains ". Ou encore les sodas. Combien de personnes n’arrivent-elles à ne plus boire d’eau durant les repas mais uniquement des boissons sucrées… ?
Mais rassurez vous ! Il existe des solutions pour apprendre à manger et à éduquer ou ré-éduquer son palais. Il existe des solutions pour ne plus être accro à tout ce que les industries agro-alimentaires ont crée depuis de nombreuses années et qui, malheureusement, constituent une part bien trop importante de l’alimentation que nous retrouvons dans les supermarchés.

Un repas sans dessert ? Impossible pour vous !
Sans votre dose de sucre quotidienne, vous vous sentez mal. Votre surconsommation est peut-être à l’origine de vos petits bourrelets ou problèmes de santé. Voici mes conseils pour manger moins sucré sans ressentir le manque.

Accro au sucre1

1- MANGER DU CHOCOLAT NOIR
Parmi les quatre saveurs qui existent, le sucré est celle qui plaît le plus « pour sa douceur, pour le plaisir, c’est pour cela qu’on le consomme lorsqu’on est mal.
Certains l’apprécient tellement qu’ils développent une vraie addiction et ont besoin de leur dose quotidienne de sucre. En cas de crise, pas de panique ! Il est possible de craquer mais pas avec n’importe quoi.
Ce qu’il faut faire :
Prendre un ou deux carrés de chocolat noir à 80 ou 90%. Et oui le chocolat est permis, mais seulement le noir car c’est le moins sucré et le plus intéressant pour l’organisme (fibres, bonnes graisses…).

Pourquoi pas le lait ou le blanc ?
Ils sont enrichis en sucre ajoutés et alimentent l’addiction au sucre.

2- PRÉFÉRER UNE ENTRÉE A UN DESSERT
En France, les origines culturelles nous poussent à penser qu’il faut absolument un dessert à la fin du repas, qu’il s’agisse d’un gâteau ou d’un fruit.
On a tous le souvenir des repas de famille dominical interminable avec le fameux dessert café en fin de repas ou le café gourmand au restaurant
Manger un dessert après chaque repas entretient un comportement addict face au sucre qui va augmenter avec le temps. A force si vous ne finissez pas votre repas sur une note sucrée, vous allez ressentir comme un manque et y penser toute la soirée. Il faut remplacer cette habitude par une autre.

Ce qu’il faut faire :
Pour que la pulsion soit moins forte, je vous propose de prendre plutôt une entrée pour être rassasié à la fin du repas et ne pas avoir envie de manger.

3- GÉRER VOS FRINGALES AVEC UNE POIGNÉE D’AMANDES
Malgré vos repas, vers 11 heures et 16 heures vous n’y échappez pas : votre ventre gargouille et votre collégue vous nargue avec ses biscuits.
Si c’est vraiment une question de faim et non de plaisir, il faut avant tout penser : apport nutritionnel. Prendre l’habitude de manger un encas trop sucré est néfaste pour la santé. Le pancréas qui sécrète de l’insuline se fatigue, du coup la glycémie a du mal à se réguler et on risque du diabète.

Ce qu’il faut faire :
Toujours avoir une poignée de 20 amandes,noix , noisettes, cajou ou pistache à disposition.
Elles permettent de réguler la faim.
Résultat : on se sent rassasié. En plus elles contiennent de bonnes graisses bénéfiques à l’organisme.

4- NE PAS SE PRIVER PENDANT LE REPAS
Lorsqu’une personne sait qu’elle risque de craquer pour un plaisir sucré dans la journée, elle a tendance à se restreindre pendant les repas pour ne pas grossir.
"Non pas de dessert ce midi, je suis invité ce soir chez des amis"
Or, en mangeant moins, on risque de s’affamer. C’est la dernière chose à faire car cela provoque des pulsions de sucré.
Quand on est vraiment accro, c’est l’envie qui sera plus forte que la raison !
Résultat ? On s’est limité sur ce qui est bon pour l’organisme et on ne lui apporte que du néfaste.
Ce qu’il faut faire :
Bien manger pendant les repas pour être rassasié et limiter les fringales, manger de tout en petite quantité.

5- ESSAYER DE COMMENCER A MOINS SUCRER
certaines boissons (thé, café) et puis de ne plus sucrer du tout. Vous serez surpris(e) de la manière dont votre palais va s'habituer au fil du temps et comment vous allez enfin découvrir le vrai goût d’un café ou d’un thé. Et la même chose vaut pour tout le reste des aliments (yaourts, desserts maisons etc.)
Si vous souhaitez sucrer, utilisez des édulcorants naturels et jamais de sucre blanc raffiné. Les meilleurs sont :
- Le miel cru qui est un puissant antioxydant et est excellent pour la santé. Le miel est un très bon substitut pour le sucre dans beaucoup de recettes, et puisquʼil est plus sucré, vous pouvez en utiliser moins. La règle dʼor est dʼutiliser approximativement 1/2 tasse de miel à la place dʼune tasse de sucre. Encore une fois, attention à son très fort apport calorique….
- Du vrai sirop d’érable. Comme avec le miel, le sirop dʼérable est un puissant antioxydant (renforce le système immunitaire) et possède du zinc qui aide à empêcher lʼathérosclérose et à lutter contre l’oxydation des LDL ("mauvais cholestérol "). Enfin il aussi est concentré en sucre, d’où une consommation raisonnée.
- Le Stevia. Issu de la feuille dʼun arbuste natif du Paraguay et du Brésil, le Stevia est utilisé comme sucre en Amérique du Sud depuis des années. Il est environ 300 fois plus sucré que le sucre tout en étant beaucoup moins calorique. Si il est naturel, le Stevia peut être un bon édulcorant sain à utiliser.
- Le sucre de fleur de coco.
- Le xylitol

6- UTILISEZ DES HERBES ET/OU DES ÉPICES 
pour relever vos plats et donner du goût au lieu du sel qui vous apporte des problèmes de santé si consommé en quantité trop importante. En plus, les herbes et épices sont de puissants antioxydants qui renforcent votre système immunitaire et vous protègent des maladies. Certaines vous aident même à rester mince !
Stop à la monotonie, pensez aux herbes et aux épices. Dans un régime, le plus dur n’est pas d’être motivé, mais de tenir sur la durée.
Au bout de quelques jours, on trouve que les aliments ont moins de goût, et que nos plats sont fades.
C’est sur que le gout est différent de vos anciens plats préparés, de vos plats congelés chargé de sel, de sucres, degraisses et de produits chimiques…
Tout au long de l’année, pour préparer mes repas , j’utilise une multitude d’herbes aromatiques, d’épices, riches en anti oxydants et vitamines.
COMMENT ASSAISONNER SON PETIT DÉJEUNER ?

Selon vos plans nutritionnelles, vous mangez souvent le matin, des compotes, pancakes, bol de faisselle…
Au lieu de les sucrer, ajoutez-y des épices (muscade, poivre, curry, cumin, piment), des herbes (basilic, estragon, cerfeuil, persil, ciboulette);
J’ajoute souvent une pincée de cannelle ou de gingembre râpé sur mon pancake, cela vous permettra de moins édulcorer vos aliments.
Le gingembre et la cannelle stimulent le métabolisme et facilitent l’assimilation des aliments et leur transformation en énergie.

7- FAITES LE TRI DANS VOS PLACARDS
Faites le test, allez voir tout ce qu’il y’a dans vos placards ! Gâteaux, chocolats, bonbons…
On a beau les cacher au fond du placard, ils ne quittent pas notre esprit.
Pour diminuer sa consommation de sucre, la meilleure chose à faire c’est un tri dans son placard à gourmandises.
Attention : tout n’est pas à jeter !
Il faut éviter de manger des aliments avec des sucres ajoutés. Lorsque la glycémie est modifiée cela appelle le sucre et donne envie d’en manger plus.
A force le corps s’habitue à sa dose et risque d’en demander plus.
Les aliments à bannir : friandises, bonbons, gâteaux industriels, sodas, alcool, sauces (ketchup, mayonnaise, barbecue…) et toutes les préparations industrielles toutes faites.

8- ARRÊTER LE PAIN BLANC
Votre conjoint vous appelle à 18h, pour vous demander de prendre du pain. Résultat, arrivé à la maison vous en avez déjà mangé la moitié.
Les personnes qui ont souvent des envies de sucré ont tendance à manger de grandes quantités de pain blanc.
Il contient du gluten, un composé avec des peptides responsables du renforcement de l’addiction au sucre.
Ce qu’il faut faire :
Eviter de manger du pain blanc. Si vous ne pouvez pas vous en passer, choisissez du pain sans gluten disponible dans les supermarchés ( attention cependant à la teneur en sucre de certaines marques )
Je conseille souvent dans mes plans nutritionnels du pain au seigle, au levain naturel ou azyme.......

9- NE SURTOUT PAS SAUTER UN REPAS
Si vous avez tendance à manger trop de sucre, mieux vaut ne pas sauter un repas.
Vous êtes peut-être trop occupé ou n’avez pas faim sur le moment mais dans quelques heures votre estomac va vous tirailler.
Lorsque le ventre gargouille, on n’écoute que son envie de manger et ses pulsions, c’est-à-dire du sucre pour les accros !
Ce qu’il faut faire :
Respecter les trois repas par jour et manger à satiété pour éviter les fringales.
Si la faim est quand même là, on peut prendre une poignée des collations.

10- N’ACHETEZ ET NE CONSOMMEZ PRINCUPALEMENT QUE DES ALIMENTS NATURELS ET NON PRÉPARÉS
Fruits et légumes bio au rayon frais, viandes fermières et poissons sauvages, oeufs bio, fruits à coque natures (amandes, noix, pistaches…), graines natures (lin, chia, tournesol…), légumineuses (lentilles, pois, haricots rouges-blanc …) etc. Encore une fois, habituez votre palais au goût originel des aliments. Vous verrez, avec le temps, que vous ne serez écoeuré avec une simple bouchée de viande transformée, des légumes cuisinés en boîte ou encore des desserts industriels.

Voici mes conseils simples pour vous aider à combattre cette drogue qu’est le sucre et aussi la malbouffe


FUN ET BIEN EXPLIQUÉ