<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

carence nutritionnelle

Maigrir grâce à la micronutrition

Perdre 3 kilos vite, avant l'été et sans souffrir ? Facile !
Selon la micronutrition, il suffit de rééquilibrer ses apports en micronutriments... Mode d'emploi.

1- Micronutrition : -3 kilos par mois ! Avec la micronutrition, on peut perdre en moyenne 3 kg par mois ! Cette perte dépend de votre profil personnel. Elle peut varier par exemple, selon que vous présentez des troubles digestifs ou manquez de certains micronutriments... "Une femme insulino-résistante (diabétique, ndrl) par exemple, aura plus de mal à mincir qu'une autre, sauf si elle pratique une activité physique"

2- Un régime sur mesure et facile... Le principe de la micronutrition ? S'adapter à votre organisme pour vous aider à maigrir efficacement. Finis les régimes passe-partout, qui ne vous conviennent pas... La micronutrition, c'est la solution minceur sur mesure ! Son but : mettre en évidence les déficits ou excès qui vous empêchent de mincir (manque de vitamines, de minéraux et de certains acides gras, comme les omega 3...), et rééquilibrer vos apports - sans souffrir. "Aujourd'hui, on a tendance à manger des plats très caloriques et pauvres en micronutriments". La micronutrition permet d'y remédier pour retrouver la ligne.

3- Les micronutriments : le secret de l'amincissement ! Les micronutriments sont la clé de voûte de ce régime. Pourquoi ? Parce qu'un déficit ralentit les réactions de l'organisme, qui fonctionne alors en dépensant un minimum d’énergie et stocke les moindres excès. Comment savoir si l'on est en déficit ? Vous souffrez de crampes, vous avez la peau sèche et les ongles cassants, vous vous fatiguez très vite ? Ce sont des signes. Pour en avoir le coeur net, un bilan biologique sera nécessaire, afin de chercher d'éventuels manque en fer, iode, vitamine D... La radiesthésie permet également de dépister les carences. Puis, voyez si besoin un spécialiste qui pourra vous aider à affiner pour mincir... En pratique : On oublie les frites et la pâte à tartiner, pleines de "calories vides", sauf très occasionnellement, pour le plaisir. On mise sur les aliments riches en micronutriments comme les fruits et légumes frais, les légumes secs ou les céréales complètes. On ne diabolise pas les graisses, qui sont permises si elles sont riches en oméga 3 (huile de colza, poissons gras, saumon…), mais il faut limiter les oméga 6 (huile de tournesol). On se supplémente via des compléments alimentaires et ce, toujours après avis d'une personne compétente.

Micronutrition

4- Des micronutriments qui affinent ! Le fer, le magnésium et l'iode sont des micronutriments qui aident à contrôler le poids. Ils sont essentiels pour maigrir selon les micronutritionnistes. "Lorsqu'on en manque, on se sent souvent fatigué ou stressé, ce qui entraîne inévitablement des grignotages et des excès" A noter : ces molécules sont souvent présentes dans les mets riches en calories. Pour le magnésium : chocolat, céréales, fruits secs... Quand au fer, prudence......

5- Rééquilibrer sérotonine et dopamine pour mieux mincir La sérotonine, véritable "hormone de la sérénité", modère l'appétit. Elle est fabriquée à partir du tryptophane qu'on trouve dans l'alimentation . Un manque de sérotonine peut entrainer des pulsions alimentaires sucrées : grignotages, excès... Et ce manque, la micronutrition peut le combler. Comment savoir si vous êtes en manque ? Si l'on se sent souvent irritable, que l'on a des envies de sucré (chocolat, confiseries) en fin d'après-midi et que toutes nos tentatives de régimes se sont soldées par une reprise de poids, prenez l'avis d'un micronutritionniste. La dopamine, c’est le "démarreur de la voiture", elle favorise la motivation. Comment équilibrer ses apports en sérotonine et dopamine avec la micronutrition ? "Mangez des protéines le matin pour booster votre production de dopamine et éviter le coup de barre de fin de matinée". Selon vos goûts : fromage blanc, jambon, saumon fumé, oeufs...produits ct-well Midi et soir : pensez aux viandes blanches et poissons. A 17h, on peut prendre un laitage et un fruit. Et en stabilisation, des fruits secs (abricots secs , raisins secs, figues..).

6- Surveiller son insuline pour garder la ligne La prise de poids peut parfois être associée à un trouble du métabolisme des sucres et de l’insuline. L’insuline est l’hormone de la mise en réserve, c’est une hormone de stockage. Certaines personnes prédisposées génétiquement présentent une résistance à l’insuline. Elles ont tendance à stocker les graisses principalement au niveau de l’abdomen et plus de difficultés à perdre du poids. Comment savoir si votre insuline est paresseuse et bloque votre perte de poids ? Lorsque vous grossissez, vous prenez surtout du ventre, vous avez des antécédents familiaux de diabète, vous avez pris du poids très rapidement à l'arrêt du sport ou à la ménopause... Ce sont des signes. Consultez ! Comment s’aider alors avec la micronutrition ? Évitez les sucres rapides : pain blanc, chocolat, confiseries,viennoiseries, sodas, jus de fruits... Privilégiez les sucres lents : céréales complètes pas trop cuites (pâtes al dente, flocons d'avoine), légumes secs, pommes de terre à l'eau. Le soir, prenez un repas pauvre en glucides (éviter les féculents et les desserts sucrés).

7- Améliorer sa flore intestinale pour maigrir On sait aujourd’hui que les personnes en surpoids ont un profil de leur flore intestinale particulier. Une flore intestinale déséquilibrée peut perturber la satiété . Votre écosystème intestinal bloque-t-il votre amincissement ? Vous vous sentez souvent ballonné, vous avez des douleurs abdominales, des soucis de transit, des brûlures d'estomac, des reflux acides, prenez l'avis d'un micronutritionniste ! Comment rétablir l’équilibre de sa flore intestinale avec la micronutrition ? Limiter voir à les exclure les laitages de vache. Privilégier les fruits et légumes cuits aux crudités, éviter les agrumes, les jus de fruits des agrumes et les pruneaux. Et misez sur les probiotiques, des bactéries qui viennent restaurer les propriétés de votre flore intestinale.

8- La micronutrition est-elle équilibrée ? La micronutrition, commence par de bonnes habitudes alimentaires associées si nécessaire à une complémentation.. Mais "prendre n'importe quel compléments alimentaires en automédication peut être dangereux" . Un état des lieux, qui évalue la nécessité ou pas d’une complémentation spécifique doit être pratiqué par un micronutritionniste. En cas de déficits vitaminiques importants par exemple, la prise de compléments alimentaires, sur avis médical peut être indispensable ! Attention : un avis médical est absolument indispensable en cas : de prises de poids répétées (phénomène yo-yo), après 60 ans et en cas de grossesse. La CPAM prend en charge l'évaluation des taux de glycémie, de vitamine D, de magnésium ou de fer. En revanche, l'évaluation du risque oxydatif et du statut en acides gras n'est pas remboursée.

9- La micronutrition prévient aussi les risques de maladies La micronutrition permet d’agir sur les facteurs de risque, en particulier de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, de maladies dégénératives (ostéoporose,cataracte, DMLA, maladie d’Alzeimer, vieillissement prématuré…). "Pour prévenir l'ostéoporose, on conseillera à une femme d’avoir un bon statut en vitamine D, qui permet de fixer le calcium, de consommer moins de sel car il fait fuir le calcium dans les urines et d'adopter une alimentation équilibrée en aliments acides et basiques".

Source: - Dr Laurence Benedetti et Dr Didier Chos, Maigrir avec la micronutrition, Ed First, 2010.