<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

circulation

DHQ LIFE VISION

Imaginez le nombre de personnes qu'il y a autour de vous qui ont des problèmes de vision et micro-circulatoire

Vision3

Vous avez entre vos mains un produit extraordinaire pour une seule gélule : une formule, une qualité des ingrédients et un dosage uniques
Haematococus pluvialis algue titré à 2,5%  d'astaxanthine  : 320 mg ( 8 mg d'astaxanthine )
Oeillet d'inde poudre (tagetes erecta) titré à 20 % de  lutéine  : 50 mg ( 10 mg de lutéine )
Extrait de feuille de raisin (vitis vinifera) titré à 80 %  dihydroquercetine  : 37,5 mg ( 30 mg dihydroquercétine )

Gélule Pullulan :  (gélule en végétale naturelle fabriquée sans modification chimique mais par une fermentation naturelle d'extraits de plantes et d'eau purifiée)
1 gélule = 8 mg d'astaxanthine, 10 mg de lutéine et 30 mg dihydroquercetine
 
 
Vision1
 
1- L'astaxanthine un antioxydant particulièrement puissant
L'astaxanthine appartient à la grande famille des caroténoïdes dont elle possède les puissantes propriétés antioxydantes. L'astaxanthine est fabriquée par plusieurs genres d'algues et de planctons ; c'est le pigment rouge qui donne leur couleur aux saumons, aux crevettes et aux flamants roses. La capacité de l'astaxanthine à neutraliser l'oxygène singulet et à éliminer les radicaux libres de l'oxygène ayant éveillé l'intérêt des chercheurs, des études scientifiques de plus en plus nombreuses sont réalisées pour évaluer ses propriétés.
L'astaxanthine dans l'alimentation de l'homme
L'astaxanthine est naturellement apportée dans l'alimentation de l'homme par des produits de mer comme les krills, les crevettes, les homards, le cabillaud, le maquereau, le saumon ou d'autres poissons rouges. Dans le saumon sauvage, on trouve des concentrations d'astaxanthine jusqu'à 40 mg/kg. Les saumons d'élevage, quant à eux, reçoivent dans leur alimentation des suppléments d'astaxanthine synthétique et sa concentration atteint dans sa chair 5 mg/kg. Un apport quotidien de 4 mg d'astaxanthine correspond à l'absorption de 100 g de saumon sauvage ou de 400 g de saumon d'élevage.
Une activité antioxydante
La molécule d'astaxanthine est très similaire à celle du bêta-carotène, avec cependant quelques différences dans leurs propriétés chimiques et biologiques. Plusieurs études ont comparé l'activité antioxydante de l'astaxanthine avec celle d'autres caroténoïdes. Comme eux, l'astaxanthine est un puissant piégeur de l'oxygène singulet. Une étude a observé que l'astaxanthine neutralisait deux fois plus efficacement l'oxygène singulet que le bêta-carotène (et près de 80 fois plus efficacement que la vitamine E) en solution chimique1. Le lycopène, par contre, était 30 % plus efficace que l'astaxanthine. Des résultats similaires ont été observés par des chercheurs travaillant sur un système in vitro de cellules de sang humain traitées avec différents caroténoïdes et ensuite exposées à l'oxygène singulet. Là encore, le lycopène s'est montré le plus efficace, suivi par la zéaxanthine puis le bêta-carotène2. L'astaxanthine neutralise également les radicaux libres. Une étude montre ainsi qu'elle prévient 50 fois plus efficacement la peroxydation des acides gras en solution chimique que le bêta-carotène ou la zéaxanthine3.
Dans une étude d'une durée de deux semaines, cinq sujets ont reçu 3,6 mg/j d'astaxanthine, cinq autres ont reçu 7,2 mg/j et trois, 14,4 mg/j. Aucun effet secondaire n'a été observé et un effet antioxydant a été constaté sur les LDL sériques, l'oxydation étant progressivement ralentie au fur et à mesure que les doses d'astaxanthine augmentaient4.
Astaxanthine et système immunitaire
On a montré que l'astaxanthine diminue chez le rat une enflure induite alors que la vitamine E reste sans effet5. Elle aide également à combattre les symptômes de la maladie ulcéreuse liée à Helicobacter pylori. Elle réduit les symptômes de l'inflammation gastrique et est également associée à une modification de la réponse à l'inflammation6. On peut penser que les propriétés antioxydantes de l'astaxanthine expliquent son rôle dans l'inflammation. Cependant, d'autres études sont nécessaires pour mieux comprendre son mode spécifique d'action contre l'inflammation.
Un certain nombre d'essais in vitro et in vivo sur des modèles animaux a montré que l'astaxanthine influence significativement la fonction immunitaire. In vitro, l'astaxanthine stimule la production d'anticorps par des cellules de rate de souris stimulées avec des globules rouges de moutons7. Cette action s'exerce au moins en partie sur les cellules T et, plus particulièrement, sur les cellules T auxiliaires8.
Chez des souris âgées, l'astaxanthine peut partiellement restaurer la réponse immunitaire humorale diminuée9. Des études in vitro sur des cellules de sang humain ont démontré que l'astaxanthine stimule la production d'immunoglobuline en réponse à des stimuli dépendant des cellules T.
Astaxanthine et santé de l'œil
De nombreuses données indiquent que certains caroténoïdes peuvent participer à la protection de la rétine contre les dommages oxydatifs. Une étude sur des rats montre que l'astaxanthine atténue efficacement des lésions rétiniennes tout en protégeant les photorécepteurs de la dégénérescence.
Les résultats de cette étude suggèrent que l'astaxanthine pourrait être bénéfique dans la prévention et le traitement des lésions neuronales associées à la dégénérescence maculaire liée à l'âge10.
Les photorécepteurs des animaux nourris avec de l'astaxanthine étaient moins endommagés par l'attaque des rayons UV et guérissaient plus rapidement que ceux des rats n'ayant pas reçu d'astaxanthine.
Astaxanthine et cancer
Plusieurs études ont montré, chez des mammifères, une activité anticancéreuse de l'astaxanthine. Ainsi, l'une d'entre elles a mis en évidence, chez des souris, un effet protecteur contre la carcinogenèse de la vessie. Les chercheurs ont nourri deux groupes de souris (respectivement 36 et 33 animaux) avec un carcinogène pendant 22 semaines. Ce carcinogène a ensuite été éliminé de l'alimentation des animaux. Après une semaine d'intervalle, le second groupe de souris a reçu dans son alimentation de l'astaxanthine pendant vingt semaines. L'examen histologique a permis de constater une incidence de 42 % des carcinomes de la vessie dans le groupe non supplémenté et de seulement 18 % dans celui ayant reçu de l'astaxanthine11. Dans une seconde étude, les chercheurs ont montré chez des rats que l'astaxanthine pouvait prévenir la carcinogenèse buccale. Ils ont donné à deux groupes d'animaux un carcinogène connu, l'un d'eux recevant en plus de l'astaxanthine. Ils ont constaté une plus faible incidence de différents types de croissances cancéreuses dans la gueule des rats ayant pris de l'astaxanthine que dans celle de ceux n'ayant reçu que le carcinogène. Les chercheurs en ont conclu que l'astaxanthine offrait une protection efficace contre le cancer buccal12. L'activité anticancéreuse de l'astaxanthine peut être liée au rôle que jouent les caroténoïdes dans la communication cellulaire au niveau des gap junctions.
Astaxanthine et santé du cœur
Chez l'homme, l'astaxanthine est transportée par les VLDL, les LDL et les HDL. Dans un test in vitro et une étude sur des sujets humains, l'ingestion quotidienne de 3,6 mg d'astaxanthine pendant deux semaines consécutives protégeait le cholestérol-LDL d'une oxydation induite in vitro. Dans une étude sur un modèle animal, une supplémentation en astaxanthine avait pour résultat une augmentation des niveaux sanguins de cholestérol-HDL, la forme de cholestérol sanguin inversement associé aux maladies cardio-vasculaires. L'astaxanthine pourrait ainsi exercer une action bénéfique pour la santé du cœur en modifiant les niveaux de cholestérol-LDL et HDL mais, également, en réduisant l'inflammation supposée être associée au développement des maladies cardio-coronariennes.
 
2- La Lutéine: Un pigment anti-âge
La lutéine n’est pas une plante. Il s’agit d’un pigment jaune orangé de la famille des caroténoïdes, qui regroupe près de 800 substances, dont la principale composante est le ß-carotène. La lutéine vient du latin Luteus qui signifie jaune. Elle est présente à l’état naturel dans les épinards, le chou, les brocolis, le maïs, les piments, les petits pois, les oranges, les pêches, les laitues, l’estragon, le concombre, les kiwis, les noix, les amandes ou encore les pistaches. Les légumes crus contiennent davantage de caroténoïdes que cuits.
La lutéine est l'un des trois pigments caroténoïdes qui se trouvent en très forte concentration dans la rétine de l'oeil, plus précisément dans la macula, une tache jaune d'environ 2 mm de diamètre. La couleur jaune de la macula est attribuable à la présence de lutéine, de zéaxanthine et de méso-zéaxanthine. Ces caroténoïdes ne sont pas synthétisés par l'homme et doivent donc être apportés par l'alimentation (voir section Sources alimentaires).
La lutéine et la zéaxanthine ont des propriétés antioxydantes et elles filtrent la lumière bleue, deux actions qui contribueraient, selon les chercheurs, à prévenir la dégénérescence de la rétine. On pense que la lutéine agit à la fois en neutralisant les électrons libres qui peuvent endommager la rétine (effet antioxydant) et en filtrant la lumière bleue qui agresse les photorécepteurs de l’oeil (effet antioxydant indirect).
À la différence du bêta-carotène, la lutéine ne joue aucun rôle dans le métabolisme de la vitamine A, et ne peut donc être considérée comme une provitamine. Elle fait partie de cette catégorie de substances qui ne sont pas considérées comme des nutriments essentiels, mais qui semblent pourtant jouer un rôle crucial pour la santé.
 
3- La dihydroquercétine: L’incroyable système capillaire
On peut trouver cette substance dans certaines plantes connues comme le bois de mélèze Sibérien ou certaines feuilles de raisin contenues dans notre complément alimentaire DHQ LIFE VISION titré à 80%. C’est un puissant bioflavonoïde dont la structure moléculaire ressemble à celle de la quercétine. Au cours de ces 50 dernières années, près de 600 études (la plupart sont russes) ont été consacrées à son efficacité et à sa sécurité. Elles ont notamment mis en évidence son pouvoir antioxydant et son action protectrice sur le système capillaire. Récemment la société Blogovitol Limited a commencé une enquête scientifique en coopération avec le département de recherche médicale à l'hôpital de l'université de Mayence en Allemagne.
Jusqu'à présent toutes les enquêtes confirment que la dihydroquercétine possède en plus des propriétés antioxydantes sur le processus métabolique, d'importants effets de protection du système cardiovasculaire. Depuis nombre d'années la dihydroquercétine connait un important succès en tant que complément alimentaire sur le marché russe.
Les conclusions convergentes des études ont montré que la dihydroquercétine
:
- est un très puissant antioxydant avec une activité très supérieure à celle de la vitamine E ou des caroténoïdes.
- protège les membranes cellulaires.
- Améliore la micro-circulation sanguine dans tout l'organisme.
- Normalise le métabolisme au niveau cellulaire.
- A un effet anti-œdémateux.
- Réduit la formation de caillots et la viscosité sanguine.
- Inhibe le vieillissement prématuré des cellules et renforce les parois des vaisseaux et des capillaires
- Normalise le cholestérol et les triglycérides du sang, empêche l'athérosclérose et réduit le risque d'AVC
- Renforce le flux sanguin dans la rétine
- Prévient la formation de la cataracte en inhibant une enzyme du cristallin
- Abaisse la pression sanguine
- Normalise la mesure électrique associée à l'activation des ventricules du cœur
- Augmente la concentration et l'activité intellectuelle dans 60 % des cas.
Un remède miracle qui nous vient de Russie.
Voici l'extrait d'un article paru dans le journal de Michel Dogna (Thérapeute) au sujet de la dihydroquercertine
Il faut croire que le rideau de fer marche maintenant à l’envers, surtout en ce qui concerne la médecine. Personne en France n’a entendu parler de ces petits comprimés jaunes baptisés en Russie "Kapillar" qui sont censés déboucher et relancer la circulation capillaire de tout l’organisme. Les effets sont tellement miraculeux que les russes n’hésitent pas à promettre un allongement de vie moyen de 20 à 25 ans (en bonne santé !).
Il suffit d’essayer une dizaine de jours seulement pour constater des effets immédiats, ne serait-ce qu’au niveau de la clarté d’esprit ; ce n’est guère étonnant lorsque l’on sait que le cerveau est irrigué par 100 km de capillaires autour desquels s’alignent en grappes des millions de neurones, tels des arbres au bord d’une rivière.
Mon ami Nicolas, handicapé d’une jambe dont la fonte musculaire résulte d’une polio dans sa première jeunesse, s’est plaint depuis toujours que sa jambe était froide ; au bout de 10 jours de traitement à seulement 4 comprimés*par jour, sa jambe était chaude !

(* à titre comparatif, le DHQ Life vision représente dans 1 seule gélule l'équivalence de 3 comprimés du produit vanté par Michel Dogna. DHQ LIFE VISION contient  en plus de la lutéine et de l'asthaxantine qui en fait une formule entièrement unique et toute la différence) 
 
Vision2

Plus loin dans l'article :
Près de 600 études sur plusieurs décennies, réalisées en Russie pour la plupart, ont été publiées sur son efficacité, ainsi que sur l’absence d’effets secondaires. Récemment la société Blogovitol Limited a commencé une enquête scientifique en coopération avec le département de recherche médicale à l’hôpital de l’université de Mayence en Allemagne.
Jusqu’ à présent toutes les enquêtes confirment que la dihydroquercétine possède en plus des propriétés anti-oxydantes sur le processus métabolique, d’importants effets de protection du système cardiovasculaire. Depuis nombre d’années la dihydroquercétine connait un important succès en tant que complément alimentaire sur le marché russe. Dans certains hôpitaux de Russie, le premier geste avant la prise en compte médicale des patients est de leur faire prendre 8 à 12 comprimés.....  il suffit d’une vingtaine de minutes pour calmer la crise paroxystique, et de sortir de la phase dangereuse.

De nombreux témoignages avec la prise de la dihydroquercetine :
En plus du cas extraordinaire de la jambe en séquelle polio vieille de 50 ans de mon ami Nicolas (citée plus haut) qui s’est réchauffée en 10 jours.
- Personnellement mes arythmies cardiaques, quelquefois importantes, que je traîne depuis des décennies se sont estompées après une dizaine de jours de traitement, mes cheveux repoussent et mes douleurs inflammatoires récurrentes du dos ont disparu.
- Une majorité de personnes ont attesté d’une sensation de clarté d’esprit dans les semaines qui suivirent.
- Un homme de 87 ans devenu aveugle suite à un glaucome a commencé à revoir après quelques semaines de traitement.
- Différentes femmes (dont la mienne) ont vu les varicosités un peu inesthétiques qu’elles avaient depuis des années aux jambes s’effacer  à  75%.
- Enfin de nombreuses personnes nous ont écrit pour dire qu’en l’espace d’une semaine, ils avaient constaté que leur esprit était plus clair, plus vif, et leur mémoire bien améliorée.



Bénéficier de ce super produit sans attendre sur :
https://boutique.rlpconcept.com/p-586-dhq-life-vision-flacon-de-30-gelules/code?ETFA1633

OU 3+1 GRATUIT
https://boutique.rlpconcept.com/p-594-pack-vision-3-flacons-+-1-gratuit-de-30-gelules-dhq-life-vision/code?1633

 

Faites le plein d'infos sur :
https://www.rlpconcept.com/dhq-life-vision/
Code partenaire : ETFA1633

Etudes sur l'astaxanthine
1. Di Mascio P. et al., Antioxidant defense systems: the role of carotenoids, tocopherols, and thiols, Am. J. Clin. Nutr., 1991, 53: 194S-200S.
2. Tinkler J.H. et al., Dietary carotenoids protect human cells from damage, J. Photochem. Photobiol. B, 1994, 26:283-285.
3. Terao J., Antioxidant activity of beta-carotene-related-carotenoids in solution, Lipids, 1989, 24: 659-661.
4. Miki W. et al., Astaxanthin-containing-drink, Patent application number 10155459, Japanese patent office, publication date 16 June 1998.
5. Kurashige M. et al., Inhibition of oxidative injury of biological membranes by astaxanthin, Physiol. Chem. Phys. Med., 1990, NMR 22, 27-38.
6. Bennedsen M. et al., Treatment of H. pylori infected mice with antioxidant astaxanthin reduces gastric inflammation, bacterial load and modulates cytokine release by splenocytes, Immunol. Lett., 1999, 70, 185-189.
7. Jyonuchi H. et al., Studies of immunomodulating actions of carotenoids. I. Effects of beta-carotene and astaxanthine on murine lymphocyte functions and cell surface marker expression in in vitro culture system, Nutr. Cancer, 1991, 16 (2): 93-105.
8. Jyonouchi H. et al., Studies of immunomodulating actions of carotenoids. II. Astaxanthin enhances in vitro antibodies production to T-dependent antigens without facilitating polyclonal B-cell activation, Nutr. Cancer, 1993, 19(3): 269-280.
9. Jyonuchi H. et al., Immunomodulating actions of carotenoids: enhancement of in vivo and in vitro antibody production to T-dependent antigens, Nutr. Cancer, 1994, 21 (1) : 47-58.
10. Tso M.O. et al., Method of retarding and ameliorating central nervous system and eye damage, US patent #5527533, Board of trustees of the University of Illinois, United States of America, 1996.
11. Tanaka T. et al., Chemoprevention of mouse urinary bladder carcinogenesis by the naturally occuring carotenoid astaxanthin, Carcinogen, 1994, 15:15-19.
12. Tanaka T. et al., Chemoprevention of 4-nitroquinoline-1-oxide-induced oral carcinogenesis by dietary curcumin and hesperidin: comparison with the protective effect of beta-carotene, Cancer Res., 1994, 54: 4653-4659.