<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

Irène Grosjean

IRENE GROSJEAN

Irène Grosjean et la santé naturelle...

Entretien du Chou Brave avec Irène Grosjean septembre 2013

Hippocrate a dit : "Que ton aliment soit ton seul remède ",et a demandé aux médecins, avant tout, de ne pas nuire…
C’est la base de la « médecine naturelle », de la naturopathie que pratique Irène Grosjean depuis 1960.

  1. Respiration
  2. Nourriture
  3. Sommeil
  4. Elimination des déchets
  • Sont les 4 lois du vivant qui permettent d’aimer, de penser, d’agir…
    Pour les remplir, il faut :

- donner à notre corps le « carburant » prévu par le Créateur,

- et « faire les vidanges » nécessaires, prévues dans le carnet d’entretien !

 

Un exemple : il ne suffit donc pas de mettre de nouveaux meubles dans une maison sale pour qu’elle soit habitable ! C’est pareil pour notre corps : il faut non seulement lui donner la nourriture prévue pour lui, mais aussi nettoyer ses humeurs.

Ces « humeurs » dont parlaient les anciens, et dont la pureté joue sur tous nos sentiments, c’est le liquide interstitiel dans lequel baignent nos cellule, la lymphe.
Pour rappel, notre corps est composé de :

  • 1/3 de son poids de cellules
  • 2/3 de liquides, dont :
    • 25 % de sang
    • 75 % de lymphe

La propreté de la lymphe est donc capitale !
En effet, les cellules communiquent entre elles pour assurer tous les aspects de notre vie (respiration, communication, reproduction, élimination, digestion, mais aussi pensées, sentiments, actions…), et cette communication utilise le liquide interstitiel comme véhicule.
La qualité de ce liquide est donc tout aussi importante que la qualité de nos aliments, et la qualité de nos aliments joue sur la qualité de la lymphe (système épurateur du corps) :

1- Le lait de vache, consommé à presque tous les repas dans les pays « civilisés », il est prévu pour faire tripler le poids du petit veau en l’espace de trois mois. Les humains ne pouvant le digérer, il crée de l’acide qui brûle et détruit nos minéraux, entraînant ostéoporose, décalcification, rhumatismes, déformations des articulations…

2- Le sucre blanc est un véritable poison : il est cuit à 140° pendant 40 minutes, traité au tétrachloride de benzène, au noir animal au bleu de méthylène… quelle merveille à donner à nos enfants ! Ne nous étonnons pas par la suite de les voir capricieux, colérique, grognons ou surexcités… D’ailleurs, les enfants les plus gros consommateurs de sucre deviendront les plus grands dépendants d’alcool et de drogues à l’âge adulte.

 

En effet, le foie humain est prévu pour digérer les sucres simples des fruits. Il ne peut donc complètement transformer les sucres lents des céréales, ce qui entraîne l’accumulation de déchets acides, avec pour conséquence la formation de mucus que le corps tente d’éliminer…
Cela entraîne :

  • Les maladies non douloureuses,
  • La timidité,
  • L’inquiétude,
  • L’angoisse,
  • Les idées fixes,
  • Les obsessions,
  • L’asthme et les autres maladies qui touchent la sphère ORL…

 

Quant à l’acide urique lié à la consommation de viande, son apparition s’explique par le forme de notre système digestif, qui est celui des frugivores. Comme celui des grands singes, il est composé d’un intestin très long, et de petits reins fragiles (contrairement au système digestif des carnivores, comprenant un intestin très court et des reins très forts). Notre système digestif est parfait pour digérer les fruits, les feuilles, les racines tendres… tout cela consommé cru, bien entendu (qui a déjà vu un animal faire cuire sa nourriture ???).
La consommation de viande entraîne donc le stockage de résidus acides dans le corps… Quand le corps doit faire face à un choc, ou si de l’énergie est disponible en quantité suffisante, l’organisme remet en circulation des cristaux d’acide urique afin de les éliminer par les reins.
Cela brûle les émergences nerveuses, et entraîne la douleur.
Cette douleur est donc un signal d’alarme : le corps a besoin d’aide pour éliminer ses déchets, étant en surcharge acide !

Or, la médecine allopathique, médecine symptomatique, œuvre pour faire cesser la douleur, donc le symptôme… sans soigner la cause de la douleur. C’est comme si, lorsque le voyant de la jauge de carburant de notre voiture se met à clignoter, on coupait le fil qui l’alimente : le voyant ne clignote plus, mais est-ce que qui va régler le manque de carburant ?

Autre exemple : lorsqu’un cadavre est sur le sol, on voit proliférer des asticots et autres bestioles pour le décomposer et le rendre à la terre. Pour notre corps, c’est pareil : lorsque des déchets en surnombre viennent l’encombrer, des virus et microbes se multiplient pour dévorer la puanteur et la putréfaction qui entravent le fonctionnement normal de notre organisme. Pourtant, ce ne sont pas ces virus et microbes qui sont à l’origine de la maladie, mais bien notre intoxication par les résidus acides…
Ainsi, la médecine symptomatique, en soignant les maladies fonctionnelles (qui remplissent une fonction, souvent d’élimination, comme pour le rhume, les infections urinaires, la diarrhée, la toux…), entraînent l’apparition de maladies lésionnelles.
Et lorsque ces dernières sont à leur tour « soignées », on voit apparaître des maladies dégénératives, puisque le mal s’enfouit de plus en plus profondément dans le corps, dans les humeurs, dans les cellules…

Une nourriture « de riches », composée de :
- viande
- alcool
à entraîne la formation d’acide urique (éliminé par l’urine)
à et a formé des guerriers dominateurs

Une nourriture « de pauvres », composée de :
- sucres lents des céréales
à entraîne la formation de matières visqueuses (éliminées notamment par les selles et le système ORL)
à et a formé un peuple servile, corvéable à merci…

Tous ces résidus polluant nos humeurs agissent néfastement sur :
- notre système psychologique
- notre système émotionnel
- notre système énergétique.

 

Pour donner le meilleur carburant possible à notre « véhicule », quelle devrait donc être notre alimentation ? Rappelons-nous que le paradis est un jardin, un verger ! Et c’est là que nous avons été créés pour le bonheur et la santé !

Si nous étions lâchés dans la nature, nous ne pourrions attraper ni lapin, ni oiseau, et encore moins les mordre à pleines dents. La viande, c’est ni plus ni moins qu’un morceau de cadavre.

La vie fabrique de la vie et du bonheur,
mais la mort ne fabrique que de la douleur, de la souffrance, de la maladie… et la mort.

L’alimentation courante se résume à la consommation de cadavres et d’excitants (alcool, thé, café, Coca Cola…). Parce que la consommation de matières mortes entraîne la nécessité absolue, pour survivre, de consommer des excitants.

Un exemple : prenons deux chevaux.
Après une dure matinée de labeur, on donne à l’un des deux une bonne litière, de l’eau fraîche et de l’avoine. Puis il peut repartir sans problème pour un après-midi de travail.
Au second, on ne donne rien de tout cela. Pour le faire repartir travailler, il va falloir lui donner de grands coups de bâton ! Cela stimulera son système glandulaire, qui ira puiser dans ses réserves énergétiques pour lui permettre de fournir ce travail demandé. Sauf qu’une fois l’énergie épuisée, ce cheval s’écroulera…

Pour les humains, ce sera l’apparition de maladies somato psychiques :

  • Dépressions,
  • Suicide…

Si nous voulons être reliés à l’intelligence universelle (Dieu si vous préférez), il est indispensable que nos cellules fonctionnent au mieux :

  • Respiration
  • Nourriture
  • Liquide propre à défaut d’être pur.

Il est vrai que nous ne sommes de naissance pas tous dotés d’un véhicule de même qualité pour le voyage de la vie (poids de l’hérédité, organes et/ou cellules plus ou moins performants au départ). Mais quel que soit notre véhicule, il a besoin d’être alimenté et entretenu comme la nature l’a prévu.
C’est seulement ainsi que nous pourrons être reliés à l’intelligence universelle.

Si nous sommes reliés à cette intelligence universelle, alors nous serons informés, guidés, et la vie deviendra créative, heureuse… Les fréquences élevées sur lesquelles nous serons nous permettront d’atteindre un état merveilleux, celui prévu pour nous par le Créateur.

En revanche, plus le liquide interstitiel (la lymphe) est carencé, empoisonné, saturé de résidus, plus les cellules chutent de fréquence de fonctionnement, captent uniquement les fréquences basses…
et rentrent dans un mode de fonctionnement non naturel, basé sur une intelligence inversée.
Les sentiments générés entraîneront la destruction, et mettront en place un enfer de souffrances, de misères, de conflits, de guerres…

 

Pourtant, la vie est Simple avec un grand S !
Le diable a tout compliqué pour perdre les hommes… et la simplicité devient un luxe.

Il faut bien se rappeler que respecter au maximum les lois de la vie mène au véritable bonheur : tout nous a été donné pour que tout aille bien sur tous les points !

S’il ne faut manger ni matières mortes ni excitants, que manger ?

Nos aliments doivent transmettre l’énergie de l’eau, du soleil, de la terre, de l’air.
Notre carburant essentiel, c’est l’énergie de la vie, contenue dans les aliments !
Or, les aliments cuits n’ont plus du tout de cette énergie :

  • si on plante une graine cuite, pousse-t-elle ?
  • si une poule couve un œuf cuit, éclot-il ?

Le péché originel, c’est d’avoir pensé savoir mieux que notre Créateur ce qui était bon pour nous, et d’avoir commencé à cuire nos aliments…
La maladie, c’est la « mal – à – Di-eu » : nous avons mis à mal Dieu et ses lois… et en supportons les conséquences dans notre corps et notre psychisme.
La nature nous a tout donné pour faire de notre vie un paradis : il n’y a qu’à cueillir ! Mais « vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas… » : nous vivons dans l’illusion, l’inconscience, le conditionnement, la domination… et cela nous mène à la souffrance, à l’enfer.

En promouvant une alimentation à base

  • de viande,
  • de produits laitiers,
  • d’hydrates de carbones (les céréales),

nous avons :

  • rempli les hôpitaux,
  • rempli les asiles,
  • rempli les prisons,
  • construit des centaines d’usines d’armement,
  • … et développé les firmes pharmaceutiques…

 

Mais nous pouvons guérir, GAI-RIRE, retrouver la gaité et le rire pour lesquels nous avons été créés, en adoptant une alimentation riche en aliments VIVANTS :

  • fruits,
  • légumes,
  • verdures,
  • graines germées…

 

C’est important de manger cru, mais aussi de manger VEGETAL, puisqu’une tranche de jambon cru, c’est cru, mais ça reste une tranche de cadavre, donc c’est mort et ça n’apporte aucune énergie au corps et ne nourrit donc pas les cellules de notre organisme !
Ainsi, le Dr Seignalet, qui promouvait une alimentation crue, mais riche en tartares de viandes, poissons, etc, est mort bien jeune.
Les humains sont bien faits pour manger VIVANT : cru et végétal (avec toutefois une tolérance pour les huîtres, oursins, œufs, que nos ancêtres pouvaient trouver et manger crus).

En adoptant cette façon de nous nourrir, notre corps retrouvera de l’énergie, et il en profitera pour éliminer et expulser ses résidus toxiques accumulés depuis tant d’années. Cela entraînera sûrement fatigue, douleurs, viscosités… Ces « maladies » ne seront que les symptômes de la purge (purgatoire ?) de notre corps, qui se purifie.

Pour nettoyer notre corps, nous pouvons avoir recours :

  • au jeûne (toutes les religions préconisent un jour de jeûne par semaine, et une période de jeûne prolongé dans l’année), dans la mesure où 50% de notre énergie est dépensée dans la digestion
  • aux plantes, la « pharmacie du Bon Dieu ».

Une fois que notre corps fonctionnera parfaitement, alors nous serons en harmonie parfaite avec l’intelligence universelle, et nous pourrons penser, aimer, agir… pour notre bien et le bien commun.
Les cellules de notre corps sont prévues pour fonctionner l’une par l’autre, et l’une pour l’autre, au profit de l’ensemble de l’organisme. Notre rôle sur la Terre est le même : vivre par les autres et pour les autres, pour le bien commun. Mais cela n’est possible que si nous sommes en harmonie avec Dieu, pour comprendre que tout ce qui nous appartient appartient au monde entier… N’ayons pas peur de partager : la source ne se tarira que si nous gardons tout pour nous comme dans un barrage !

 

 

En pratique, au lever, nous avons besoin de boire pour nettoyer notre corps :

  • de l’eau froide
  • de l’eau tiède
  • de l’eau chaude
  • des infusions…

Après avoir bu, nous devrions nous tourner vers les fruits qui nous font envie (tels quels, ou en purée, smoothie, cocktails…) : notre instinct nous mènera vers ceux dont nous avons le plus besoin.

Puis lorsque nos besoins seront comblés, nous sentirons l’arrêt instinctif (impossible avec la nourriture cuite), qui nous indiquera quand nous arrêter.

Ces fruits nous apporteront une digestion facile et rapide, beaucoup d’énergie pour la journée, et surtout une bonne impulsion pour continuer notre journée dans la bonne direction (ainsi, commencer la journée par un repas mort nous entraînera vers la consommation de nourriture morte… ce sera beaucoup plus difficile de nous nourrir correctement par la suite).

 

 

En résumé : si on suit les principes de la vie, tout ira bien !

 

Le site d'Irène Grosjean, pour aller plus loin et voir quelques-unes de ses recettes...
http://www.santenaturopathie.com/