<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

pouvoir

Comment préserver la pureté de son coeur dans un monde si sombre?

Par Laura Marie

Notre Monde est gouverné par la noirceur. Pouvoir, argent (dans un but égoïste), et sexe sans conscience sont les fléaux qui ont asservi les humains, et ce, depuis très longtemps. Même si nous avons évolué sur certaines choses, la non-conscience est toujours le mot d’ordre de notre société et les perversions de plus en plus étendues et vicieuses. L’humain, tellement habitué à cette noirceur ne la voit même plus. Il vit avec, et considère même qu’elle est la « normalité ».
C’est devenu « normal », pour se divertir, le soir chez soi, après une journée complète enfermé dans un bureau à faire des tâches que nous n’aimons pas, en compagnie de gens que nous n’aimons pas, à travailler pour un patron que nous n’aimons pas, de regarder dans un rectangle noir, des scénarios inventés par d’autres humains, qui font semblant de se tuer, de se torturer, d’être malades, d’avoir des relations sexuelles, de mener des enquêtes sur des meurtres, déguisés en policiers. On regarde des séries ou des films où il est question de manipulations, de séduction malsaine, de rapports humains pervers, de sang, et c’est « tout à fait normal ».

On écoute des musiques avec des paroles complètement absurdes et dénuées de conscience qui incitent encore et toujours plus à la débauche et à l’inconscience, voire à l’autodestruction. Les chanteurs en tête de liste n’hésitent pas à dire qu’ils ont vendu leur âme au diable et à afficher des symboles sataniques ou illuminati ouvertement. Les fréquences qu’ils utilisent atteignent la conscience humaine directement, pénètrent l’âme des jeunes et de ceux qui les écoutent et les laissent pénétrer leur esprit, et les contrôlent ensuite inconsciemment dans leurs vies et leurs choix. Les « artistes » (ou plutôt marionnettes de la destruction des consciences) en tête d’affiche vont de plus en plus loin dans la noirceur et l’hypersexualisation – et l’adolescent qui répète ces paroles bêtement et s’inspire de ces attitudes ne se rend pas compte qu’il s’autodétruit à petit feu. Il devient un partisan de l’inconscience, il devient lui même perverti.

Pervertir : « Corrompre quelqu’un, le tourner vers le mal » / « Détourner quelque chose de sa fonction normale ».

La plupart des enfants naissent « purs » (pur en contradiction avec perverti). L’enfant découvre la vie, à travers ses parents en premier lieu. Si ses parents sont eux même pervertis (détournés de leur fonction normale, tournés vers le mal, corrompus), il sera éduqué avec ces valeurs et aura de grandes chances de le devenir lui aussi – sauf s’il est très fort et très « conscient » mais pour l’enfant, le parent est comme « Dieu », il absorbe tout ce qui vient de lui et le prend pour « vrai ». Par exemple, si on lui répète qu’il est nul, qu’il ferait mieux de se suicider, que de toute façon il n’a jamais été désiré, qu’il n’arrivera à rien, qu’il est trop sensible, c’est ce que l’enfant prendra pour vérité absolue, comme si c’était Dieu qui l’avait dit. Cela restera ancré dans sa conscience pour, la plupart du temps, sauf si un travail est fait pour l’enlever, toute sa vie.

Puis arrive l’école, où on est confronté pendant des années à d’autres enfants, eux aussi, souvent pervertis par leurs propres parents (eux -mêmes victimes de la société ou de la perversion de leurs propres parents), amis ou influences télévisées. On est confronté également aux enseignants, eux même pervertis puisqu’ils ont été détournés de leur fonction normale, qui serait normalement d’enseigner les valeurs de la vie à l’enfant qui grandit, et non de lui faire apprendre de force par coeur les dates des insanités commises dans le passé, des formules mathématiques alors que lui il préfère dessiner, à juger sa valeur sur des notes ou sur sa capacité à se taire et à rentrer dans le moule. L’enfant doit se pervertir encore plus pour s’adapter aux autres enfants qui peuvent le maltraiter, l’abuser, l’insulter, se moquer de lui, de son physique, de ses vêtements, de sa personnalité, et surtout… de sa sensibilité et de son empathie (étant donné que c’est une qualité rare et non encouragée dans notre société). Il construira petit à petit une façade et fera tout pour rentrer dans le moule, pour rejeter sa sensibilité qu’il trouve « anormale », se forcera à fumer, à boire, à se droguer pour faire comme ses amis. Il se forcera à ne rien dire quand il est témoin de scènes ou de paroles qui pourtant dépassent les limites de ce que sa conscience peut accepter, par peur du regard des autres, et par peur du rejet…

La 3ème phase de la perversion arrive ensuite au moment de quitter l’école et où l’on entre dans le « monde du travail ». « Le Monde du travail ». N’est-ce-pas un terme qui veut dire beaucoup de choses ? Il s’agit carrément d’un « Monde » ! Il y a le Monde, et le « Monde du travail ». Là on apprend encore plus que correspondre au moule est de rigueur, est VITAL. Aucune différence n’est acceptée, on perverti encore plus l’être à cette entrée dans ce « Monde du travail » (ou plutôt monde du faux-semblant). Car si à l’école il pouvait encore tout de même se permettre de s’habiller comme il le souhaitait, d’avoir les cheveux de la couleur qu’il le souhaitait, une fois entré dans « le Monde du Travail », il faut devenir un automate, un robot qui accompli sa tâche chaque jour et qui laisse tomber toutes ses couleurs, ses rêves, et surtout… le peu de pureté et d’innocence qui lui restait… Là encore il apprend que le Monde est un monde de requins, que s’il baisse ses gardes au bureau on abusera de sa gentillesse, alors il s’efforce de devenir sarcastique et cynique comme tous ceux qui l’entourent… Il rigole quand un de ses collègues se moque de la petite nouvelle au coeur pur qui vient d’arriver et qui n’est pas encore pervertie… Mais il rit jaune car il sait très bien que c’est elle qui est dans le vrai et que lui n’a pas réussi à rester lui-même et est en train de sombrer dans ce qu’il n’est pas… de ce qu’il ne veut plus être…

Le soir, il rentre chez lui, auprès de sa « conjointe ». C’est comme ça qu’il l’appelle, car il n’arrive même pas à dire sa « femme », tellement il ne sait plus ce que c’est le sentiment d’être amoureux. Ils sont ensembles, car aucun d’entre eux n’a le courage de regarder la vérité en face, et de voir qu’il n’y a absolument aucun amour vrai entre eux, simplement une habitude, un « rôle » à jouer, le rôle du couple, pour ne pas être seul, et pour faire comme tout le monde. On s’envoie des pics, on se critique, on vit comme on peut ensembles et quand on regarde un film, on rêve sur la seule scène d’amour qui dure 5min, on rêve un jour de vivre ça, tout en se disant que de toute façon ça n’est réservé qu’aux gens riches et beaux… qu’aux gens d’Hollywood… Et là on est aveugle, on ne voit pas la perversion de ce que l’on regarde… qui vend une illusion… qui dit : « Regardez ce que vous n’aurez jamais… » Tout simplement parce que cela n’existe pas. Mais pour ressentir des choses, notre coeur étant tellement mort, nous avons besoin de plus en plus de « sensations ». Ainsi, la scène d’amour du film ne suffit plus à nous faire ressentir quoi que soit comme émotion, c’est devenu trop « niais » à nos yeux. Il nous faut un peu de violence pour pimenter les choses. Oui, c’est mieux quand ils se battent et se détruisent, ou quand il y a un crime passionnel, là je commence à ressentir quelque chose… Cest pareil pour le sexe. Je vois tellement de femmes dénudées tout le temps, dans chaque clip, dans chaque film, que je m’y suis habitué. Maintenant, pour que je sois excité sexuellement, il me faut des sensations fortes, du porno. Mais le porno normal ne me suffit plus. Je n’ai plus d’intérêt à ne regarder simplement qu’un homme et une femme faire l’amour, maintenant même ma sexualité est pervertie. Je veux des adolescentes, qui pourraient être ma fille, je veux plusieurs adolescentes à la fois, ou des hommes et des femmes mélangés, de la débauche, je veux de l’abus, de la violence, des objets étranges, du voyeurisme, de l’insulte, des simulations de viol. Mais même ça, ça ne me fait plus rien, il me faut maintenant encore plus… Je suis désormais totalement perverti. Mon coeur est mort, ma conscience est morte, mon esprit est mort, mon âme souffre car elle m’a perdu, je suis la victime du système qui m’a eu. Je suis mort. Je leur ai donné mon âme, je leur ai donné ma Vie.

Je suis sa « conjointe ». Je rentre du bureau le soir, je suis fatiguée. Je vois qu’il n’a aucun intérêt envers moi. Je vois comment il regarde les autres femmes, car sa conscience est tellement pervertie par tous les films qu’il regarde. Je me rue sur la nourriture pour oublier. Je grossis et je suis de moins en moins désirable à ses yeux. Je me déteste. Je deviens aigrie. Quand je vois une jeune fille au coeur pur arriver dans mon entreprise, j’essaye de la casser, dès que je peux. Cela me fait du bien de voir quand elle souffre aussi, car je ne veux pas être la seule à souffrir. Quand elle est heureuse, elle est le miroir de ce que je ne suis pas, alors je préfère vouloir qu’elle ne le soit plus, plutôt que de travailler à mon propre bonheur. Je ne me dis pas qu’elle pourrait être ma fille ou ma soeur. Non, elle est juste mon ennemie si elle est heureuse et que moi non. Je vis dans le mensonge et les faux semblants. Au bureau je dis que tout va bien dans mon couple. Je prépare mes vacances 8 mois à l’avance et je le dis à tout le monde au bureau. « Nous sommes partis à Tahiti avec Fabrice ! » et je poste des photos sur Facebook. J’aime quand tous mes collègues m’envient, même si au fond de moi je sais que je donnerai tout pour voir à nouveau ce que cela fait de ressentir l’innocence du coeur et la Vraie joie. Cette joie que j’ai perdue depuis mon enfance. Je suis la victime de la matrice. Je suis morte. Je lui ai donné ma Vie.

Combien de temps vais-je m’imposer d’être morte avant l’heure à cause d’elle ? A cause de cette société pervertie jusqu’à l’os ? Qu’est ce qui m’empêche de retrouver cette pureté ? Vais-je continuer à donner ma Vie à ceux dont le coeur est tellement noir qu’ils ne veulent qu’aucun autre puisse ressentir et vibrer ? N’est-ce pas ce que j’en étais moi-même venue à vouloir pour les autres ? Je ne veux plus cela… Quand je vois un enfant rire aux éclats, s’amuser de rien, cette jeune fille ou ce vieil homme étant remplis d’empathie pour les humains et les animaux, je veux ressentir cette pureté à nouveau, je veux redevenir celle que j’étais… Je veux retirer toutes les perversions que j’ai laissé me pénétrer… car elles ne sont pas moi… elles ne proviennent pas de moi… elles m’ont été infusées insidueusement, chaque jour un peu plus… sans que je ne m’en rende compte… en me faisant croire que c’était cela la « normalité » et en m’éloignant petit à petit de qui j’étais réellement… cet être pur et innocent… ce coeur vivant et vibrant qui est capable de magnifier tout ce qu’il voit et tout ce qu’il touche…

Alors je plonge au  fond de moi, à la Source de mon coeur et de ma pureté, je peux m’aider d’un enfant ou d’un animal pour cela, ou même de photos de moi enfant pour me souvenir de qui je suis… Je me réimprègne de cette pureté… je la laisse me pénétrer, jaillir de mille feux, je visualise mon coeur comme un diamant pur qui retire le goudron que l’on a déposé dessus, millimètre par millimètre pendant tant d’années… Je sens cette lumière jaillir en moi, pénétrer et infuser chacune de mes cellules, une à une, soigner mon corps, soigner mon coeur, soigner mon esprit, remettre tout en ordre et se reconnecter enfin à mon âme, pour ne faire plus qu’un, et ne plus jamais laisser quiconque s’immiscer à nouveau entre elle et moi…

Ma connexion avec la Source est désormais ma priorité. Quand je suis en alignement avec moi-même (que j’ai fusionné ma conscience supérieure, mon âme, avec mon corps physique et que je suis parfaitement moi-même), je deviens alors un être puissant et désormais incorruptible… L’Amour, la pureté, et la Beauté sont désormais les trois directions dans lesquels je veux tendre dans chacune de mes actions et chacune de mes pensées. Cela ne veut pas dire que je ne pourrais plus me mettre en colère, car j’ai compris que la colère pouvait provenir aussi du coeur et que cette colère là est au contraire très pure. J’ai compris que la colère du coeur provient de mon âme, qui me demande d’agir pour cette situation ou cette cause qui me fait réagir. J’ai compris que le Monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui le regardent sans rien faire.

Je suis maintenant connectée à mon Ame. Je ressens ce qu’elle veut que je fasse. Elle veut que j’aide le Monde. Elle veut que j’aide les humaines et les animaux qui souffrent. Je dois être forte, car maintenant que je brille, je vais attirer beaucoup de noirceur. Je vais attirer tous ceux qui ont le coeur goudronné, et je vais attirer l’opposé de la Lumière. Le système ne veut pas que je m’éveille à mon propre pouvoir, et il ne veut surtout pas que j’aide d’autres prisonniers à réaliser le leur. L’ombre ne peut plus exister si l’on met la lumière dessus. Le noir ne peut plus exister si l’on allume une lumière puissante. Je me fais désormais la promesse de rester dans ma lumière et de la propager le plus loin possible, en passant par mon coeur, à travers chacune de mes pensées, de mes paroles et de mes actions. Tout ce que mes mains créeront proviendra directement de mon coeur et donc de la Source. Tout ce qui sortira de ma bouche proviendra de mon coeur et donc de la Source. Je ne me mentirais plus. Je ne mentirais plus aux autres sur ce qui a de l’importance pour moi, sur mes valeurs, sur les choses qui sont intolérables. Je ne souhaiterai plus jamais « être comme tout le monde » car j’ai compris que c’est seulement dans ma différence que je peux apporter une valeur ajoutée à ce Monde. J’ai compris que je dois être moi-même ce que je veux voir dans le Monde. J’ai compris que c’est en étant intransigeante sur mes valeurs que j’attirerai un Homme à la hauteur de ce que je souhaite voir dans le Monde. J’ai compris que si chaque femme cessait de tolérer l’intolérable ou d’encourager la perversion, alors les Hommes seraient forcés de changer eux-aussi.

Mais surtout, je suis maintenant dans ma pleine puissance. Je suis libre. Je brille. Mon coeur et mon esprit sont en place. Je suis ainsi assez forte désormais pour affronter le mal, pour l’avoir en face de moi sans m’effondrer. Car je sais maintenant qui je suis. Et puisque je sais qui je suis, je sais tout ce que je ne suis pas. La noirceur et le mal sont tout ce que je ne suis pas et tout ce que je ne voudrai jamais être. Ainsi, chaque fois que je vois la lumière, je la laisse me pénétrer et je m’en inspire, je la laisse infuser chacune de mes cellules, et chaque fois que je vois la noirceur, et la perversion, je deviens son exact opposé, et je me fais la promesse que Jamais plus elles n’arriveront à abaisser ma propre lumière. Ainsi, plus je vois le noir, plus je brille. Plus je vois la perversion, plus je deviens pureté. A mon tour maintenant de montrer aux autres humains comment faire.

Je suis un homme. J’ai compris que la sensibilité et l’empathie DEVAIENT redevenir des qualités de l’homme aussi, si nous voulons réellement sauver ce Monde. L’homme qui a retrouvé sa sensibilité est un homme libre, déprogrammé de la Matrice qui lui a fait croire depuis toujours qu’il ne devait surtout pas l’être. J’ai compris que ma force physique doit me servir à protéger les plus faibles que moi physiquement (autres hommes, femmes, enfants et animaux) et non les abuser. Je suis désormais un homme libre. J’inspire à mon tour les autres hommes qui m’entourent et leur montre le chemin de l’empathie.
 
Man kiss lion 1
 
Source: Cet article a été écrit par Laura Marie, dont voici la source originale : http://lauramarietv.com/comment-preserver-la-purete-de-son-coeur-dans-un-monde-si-sombre/