<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

CURCUMA, L'EPICE ANTI-MERCURE

Curcuma 2

Le curcuma (Curcuma longa L., famille Zingiberaceae) est originaire de différentes zones du sud-est asiatique et il est cultivé dans de nombreux pays, entre autres la Chine et l'Inde. C'est une plante vivace, elle peut atteindre un mètre de hauteur et possède des rhizomes tubéreux de couleur jaune-orangé très intense (1). À partir de ces rhizomes, secs et moulus, on obtient l'épice connu sous le nom de curcuma (2).
Racine de la famille des Zingiberacées, le curcuma est aussi un cousin du… gingembre. On leur reconnaît d’ailleurs un air de famille, grâce à leur forme commune. Originaire d’Asie, ce rhizome à la belle couleur jaune orangée porte également le nom de "safran des Indes". Utilisé dans de nombreux plats, essentiellement sous forme de poudre, il a d’innombrables vertus pour la santé.
Avec le gingembre, la noix de muscade, la coriandre, la cannelle et le piment de Cayenne. Le curcuma est un ingrédient fondamental d'un bon curry et est utilisé en outre dans l'industrie alimentaire comme colorant, aromatisant, additif et conservateur (2).
Sa poudre d’un orange éclatant peut également colorer et épicer avec bonheur de nombreux plats. Dans le riz, les sauces, pour accompagner viandes et légumes cuisinés, saupoudrez en fonction de vos papilles – et des recettes - cette poudre dorée. Vous ferez des merveilles.

HISTOIRE
Le curcuma est utilisé en Inde depuis des milliers d'années et son utilisation comme plante médicinale apparaît déjà enregistrée dans un des trois textes fondamentaux de la médecine ayurvédique : Sushruta Samhita (Vie siècle avant Jésus-Christ) (3). Dans la médecine ayurvédique, on considère en outre que le curcuma est une herbe Rasayana qui aide à freiner les processus de vieillissement (4).
En Europe, le curcuma fut introduit par Marco Polo au XIIIe siècle (2), qui émerveillé par cette épice, la décrivait comme une plante aux propriétés similaires au safran (4). Aujourd'hui, le curcuma est objet de nombreuses recherches et essais cliniques, axés essentiellement sur les applications thérapeutiques de la curcumine (2).

SON SECRET : la curcumine
"Depuis des millénaires, cette racine est employée dans la médecine ayurvédique indienne", rappelle Laurence Benedetti, médecin nutritionniste. Et pour cause ! Son goût très fin n’est pas son seul atout. Elle est porteuse de nombreux bienfaits pour la santé grâce à un principe actif aux mille vertus, la curcumine.

COMPOSITION
L'Agence européenne des Médicaments (EMA) approuve l'utilisation traditionnelle du curcuma pour l'augmentation de la sécrétion biliaire et soulager ainsi les symptômes de l'indigestion (sensation de plénitude, flatulence, digestions lentes...) (5). En outre, le curcuma présente une activité neuro-protectrice et hépato-protectrice, antioxydante, anti-inflammatoire, anti-cancérigène, antimicrobienne et aide à améliorer la fonction cardiovasculaire (6).
Le rhizome de curcuma contient des curcuminoïdes (parmi eux la curcumine), de l'huile essentielle et de l'amidon (1). La curcumine a de nombreuses propriétés comme son activité antioxydante et anti-inflammatoire (2).

MERCURE, le plus toxique des métaux lourds
Le mercure est classé dans les métaux lourds, de même que l’arsenic, le cuivre, le plomb, le nickel, l’étain… 
Ces métaux ont la propriété de s’accumuler dans le corps sans pouvoir être ni transformés ni éliminés. Comme les autres métaux lourds, le mercure s’accumule dans le tissus adipeux (la graisse corporelle), le système nerveux et le cerveau, le système glandulaire… 
Les effets de l’empoisonnement au mercure sur la santé humaine sont largement sous-estimés, pour ne pas dire niés, en France particulièrement. Rappelons que les amalgames dentaires composés pour moitié de mercure constituent la première source d’exposition au mercure dans les pays développés. Ils sont sources d’un empoisonnement insidieux par l’émission continue d’ions mercuriels qui diffusent dans les tissus et le cerveau tout au long de la vie. Cependant ce danger n’est pris en compte ni par la majorité des dentistes ni par les autorités sanitaires. 
Les malades du mercure ou mercuriens sont traités de malades somatiques et leurs pathologies traitées par des antidépresseurs.
Cependant de nombreux praticiens axés sur les médecines naturelles ont pris conscience de la nécessité de détoxifier l’organisme imprégné par le mercure parfois sur des décennies. 
Cette détoxification sollicite l’action du foie, grand nettoyeur du corps. 
A côté des méthodes chimiques comme l’EDTA qui chélate les métaux lourds, il existe des composés naturels considérés comme efficaces (liste non exhaustive) : ail des ours, coriandre, chlorella, vitamine C, vitamine E, acide alpha lipoïque (AAL)… 
Il en existe un autre, beaucoup moins connu : la curcumine, substance active contenue dans le curcuma.

CURCUMA, L'ÉPICE ANTI-MERCURE 
Largement employé dans la cuisine indienne et asiatique, le curcuma est une épice connue pour ses remarquables propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires. 
- Il est employé dans la prévention, voire le traitement, de nombreuses maladies graves comme le cancer, la maladie d’Alzheimer. 


LES BIENFAITS DU CURCUMA 
Petit tour d’horizon des bénéfices de cette épice du soleil :
- Le curcuma exerce une action de détoxifiant hépatique. C’est-à-dire qu’il facilite la sécrétion et l’évacuation de la bile. Sa consommation facilite la digestion, notamment celle des graisses. Il ne faut pas hésiter à en mettre dans un plat de fêtes ou à en consommer le lendemain d’un repas très copieux. Vous lutterez ainsi contre l’indigestion.
- C'est un formidable antioxydant ! En effet, cette épice-racine neutralise les radicaux libres. En d’autres termes, elle agit comme une sorte d’ "antirouille cellulaire". Le curcuma donc, évite ainsi à la cellule de vieillir prématurément. "Le curcuma est aussi reconnu pour son effet anticancer". 
Petit truc : ces actions antioxydantes sont d’autant plus efficaces que le curcuma sera associé à un corps gras, comme l’huile d’olive, à du poivre noir ainsi qu’à du gingembre.
- Il a également une action anti-inflammatoire, notamment au niveau des articulations 
- Il protège le système cardiovasculaire en freinant les dépôts de graisses dans les artères.
- Mais ce n’est pas tout. Lorsqu’il est hautement titré en curcumine, le curcuma est l’une des substances naturelles les plus efficaces pour aider le foie dans son processus d’élimination des métaux lourds. Depuis 2010, les chercheurs s’intéressent aux propriétés détoxifiantes et protectrices anti mercure de la curcumine contenue dans le curcuma.

Menée par l’Institut Indien de Toxicologie, une expérience sur des rats exposés au mercure a démontré l’effet protecteur de la curcumine sur les effets délétères du mercure. Lorsque le mercure est administré, il induit une toxicité endommageant le foie et les reins des rats exposés. Mais chez les rats qui reçoivent de la curcumine en prétraitement, les marqueurs de la toxicité du mercure dans le foie diminuent. Cette étude a montré que la curcumine est un facteur protégeant le foie et les reins des effets toxiques du mercure sur l’organisme. Administrée trois jours durant avant l’injection de mercure, la curcumine réduit considérablement les concentrations de ce toxique dans les tissus des animaux. Ceci montre que la curcumine exerce une action détoxifiante également préventive.

Les auteurs concluent qu’un apport diététique régulier en curcumine exerce un effet anti-oxydant significatif avec un réel pouvoir protecteur pour combattre la toxicité du mercure.
En 2014, une autre étude a confirmé que la curcumine réduit la toxicité hépatique de plusieurs métaux lourds, dont le mercure.

Curcumine 1

SUPER CURCUMA
http://www.anastore.com/fr/?affiliated_id=902
Curcuma bio en poudre

 

Sources
1- Berdonces i Serra JL. Gran Enciclopedia de las plantas medicinales. Madrid: Tikal Ediciones, 2002.
2- Basnet and Skalko-Basnet (2011) Curcumin: an anti-inflammatory molecule from a curry spice on the path to cancer treatment. Molecules 16: 4567-4598.
3- Bandyopadhyay (2014) Farmer to pharmacist: curcumin as an anti-invasive and antimetastatic agent for the treatment of cancer. Front Chem doi: 10.3389.
4- http://www.kew.org/science-conservation/plants-fungi/curcuma-longa-turmeric
5- EMA-HMPC. Community herbal monograph on Curcuma longa L., rhizoma. London: EMA. Doc. Ref.: EMA/HMPC/456845/2008. Adopted on: 12/11/2009.
6- Bone K, Mills S. Principles and Practice of Phytotherapy: Modern Herbal Medicine. 2nd Edition. Edinburgh/New York. Churchill Livingstone/Elsevier. 2013.

- Agarwal R et col. Detoxification and antioxidant effects of curcumin in rats experimentally exposed to mercury. Council of Scientific and Industrial Research, India, Mahatma Gandhi Marg, Lucknow 226001, India
- Garcia-Nino et col. Curcumin reduces the hepatotoxicity induced by arsenic, cadmium, chromium, copper, lead and mercury. Food chem tox. July 2014

Lire aussi : Curcuma anti-dépression
http://www.acteur-nature.com/les-actualites/extrait-de-curcuma-et-depression.html
http://www.jydionne.com/je-taime-en-jaune/

 

curcuma metaux lourds