<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

L'AIL et AIL NOIR

Découvrez tous les bienfaits de l’ail sur la santé
Hummus, soupe, lapin…, l’ail entre dans la préparation de nombreux plats grâce à son puissant pouvoir aromatique.
Bien que de nos jours, il soit principalement utilisé pour ses vertus culinaires, l’ail est l’un des remèdes naturels les plus puissants qui existe à l’heure actuelle.
Avant la découverte des médicaments tels que nous les connaissons aujourd’hui, l’ail faisait partie de la pharmacopée officielle et on l’utilisait pour traiter toutes sortes d’affections aussi bien en usage 

Mais d’ou provient l’ail?
Il serait originaire d’Asie centrale ou de l’Inde du Nord. La plante que nous connaissons sous le nom d’ail est surtout et avant tout un légume. Cette plante potagère annuelle, à l’origine sauvage comme la plus part des légumes, est l’une des trois cent espèces du genre Allium. L’ail appartient à la famille des Alliaceae (anciennement classée sous les Liliaceae) où sont aussi classés les poireaux, les oignons, la ciboulette, les lys et… les tulipes. Sa racine se compose de plusieurs caïeux , plus connus sous le nom de gousses, une tête peut en contenir de 12 à 16.
Plus d’une trentaine de variétés différentes d’ail sont connus aujourd’hui selon leur taille, leur couleur et leur saveur.
Mais la nature en recèle probablement d’autres variétés sauvages que nous ne connaissons pas et qui restent encore à découvrir. On parlera fréquemment d’ail blanc aux gros bulbes cultivé en automne et de rose pour celui du printemps à la saveur plutôt douce et légèrement sucrée.
Sans oublier les variétés sauvages, savoureuses et souvent très parfumées comme l’ail des ours aux nombreuses propriétés, l’ail rocambole, l’ail violet (parfois aussi appelé ail rouge), l’ail fumé.
ou l’ail des vignes.

Il en est un auquel on pense moins : l’aillet, la friandise des gourmets!
L’aillet n’est pas une variété d’ail mais la petite pousse d’ail qui sort de terre à la saison printanière et dont le bulbe n’a pas encore eu le temps de se former.
Si vous en croisez une botte sur le marché, n’hésitez pas une seconde, vous aurez envie d’en mettre partout ! A déguster à la croque-au-sel, en vinaigrette…

Du coté des bienfaits de l’ail
L’ail n’est pas un simple condiment, mais un alicament à part entière! Il est très peu calorique et n’apporte que 60 calories pour 100 gr consommés.
La valeur d’une ou deux gousses d’ail frais par jour renforce l’organisme et aide à lutter de manière efficace contre les germes pathogènes.
La principale propriété de l’ail est d’être antiseptique. Ses composants permettent d’inhiber les enzymes présentes dans certaines bactéries, champignons et parasites et lui confèrent ses qualités antimicrobiennes, et surtout antioxydantes…
De manière générale, on attribue à l’ail des vertus : antibactérienne, antibiotique, antivirale, anticancéreuse, diurétique, laxative, antiseptique, hypolipémiante, hypotensive, antifongique, 
inhibitrice de l’agrégation plaquettaire, expectorante et immunostimulante !
Tonique, fortifiant, antipoison, vermifuge, antifongique, il combat les mycoses digestives.
C’est pour ces différentes raisons qu’il serait prescrit lors des abcès, des troubles de la prostate, d’hypertension, d’hypercholestérolémie, de bronchite, de maux de gorge ou lors de calculs urinaires.
Il agit contre les œdèmes des jambes, la diarrhée, les maux d’oreille…

L’ail est utilisé depuis des siècles pour combattre les maladies des voies respiratoires dont le rhume, la bronchite ou la laryngite.
Il est souvent conseillé pour lutter contre les troubles digestifs.

Ail 1


Que disent les scientifiques sur les bienfaits de l’ail ?

Etant donné les nombreuses qualités qu’on lui suppose, l’ail fait l’objet de nombreuses recherches orientées sur les propriétés nutritionnelles et pharmacologiques.
Il renferme une quantité particulièrement impressionnante de substances précieuses dont des vitamines a, b, c, d, e, pp, des oligo-éléments et des minéraux (fer, magnésium, sélénium, zinc, etc.), des fibres des polysaccharides (cellulose et fructane), des acides aminés et des enzymes (alinase et peroxydase).
Mais surtout l’essentiel de ses atouts réside dans ses substances soufrées (l’alliine, l’allicine ou l’ajoène) et dans les biocatalyseurs enzymatiques et hormonaux.
L’ail en dilatant les vaisseaux sanguins, régule la tension artérielle et le rythme cardiaque.
Il fluidifie le sang et possède une action hypolipémiante qui abaisse à la fois le taux de cholestérol et de triglycérides sanguins.

Plus le cœur vieillit, plus les artères qui l’entourent se rigidifient. Ce phénomène ralentit la vitesse de circulation du sang augmentant par conséquent le risque de crise cardiaque.
Sa richesse en antioxydants, entraverait cette évolution. Dans le domaine de la cancérologie, l’ail donne des résultats très encourageants au fur et à mesure des recherches.
Possédant à l’évidence une action antitumorale, sa consommation régulière permettrait de prévenir l’apparition de certains cancers.
De très bons résultats sont déjà obtenus en ce qui concerne les cancers de l’estomac, de l’intestin et notamment du colon, de la peau, de la prostate mais d’autres cancers sont actuellement à l’étude.
Des chercheurs ont démontré que l’ajoène agit comme l’aspirine et empêche le sang de coaguler en lui apportant une meilleure fluidité.

L’intensité de sa saveur dépend de la façon dont on le coupe. Ainsi plus, il sera tranché finement, plus sa saveur en sera forte et piquante et plusieurs études ont démontré que l’ail cru aurait plus de propriétés que l’ail cuit.

L’ail est l’allié de votre cuisine et de votre santé mais pas obligatoirement de votre haleine.
Pour y remédier, il suffit de croquez quelques grains d’anis, de cardamone, de café ou de mâcher du persil, du cerfeuil ou encore des feuilles de menthe fraiche.
Enfin, peu importe la raison qui nous attache à cette plante odorante si attirante, si nous en aimons la saveur dans nos plats, il n’y a pas de raison de s’en priver.

LES MULTIPLES BIENFAITS DE L'AIL NOIR 
Connu depuis l’Antiquité, l’ail est un excellent condiment. C’est aussi un véritable remède, d’où son surnom d’herbe aux neuf vertus. Il aide à prévenir les maladies, principalement grâce à sa haute teneur en composés organosulfurés et son activité anti-oxydante.
L’ail frais, néanmoins, ne convient pas à tout le monde : il peut être mal digéré et son odeur tenace peut  indisposer. Ces effets désagréables de l’ail frais sont dus à l’allicine, un oxydant qui est libéré lorsqu’on mâche ou coupe le bulbe. Les études scientifiques montrent pourtant que l’ail ne doit pas nécessairement être de l’ail frais pour être efficace, pas plus que son odeur n’est nécessaire pour que la santé en tire des bénéfices.
Une source alternative d’ail, inodore et plus riche en antioxydants que l’ail frais existe : c’est l’ail noir, un complément alimentaire. L’ail noir est produit de façon hautement standardisée, en laissant  vieillir de l’ail bio, à température ambiante, pendant 20 mois. Ce processus augmente les niveaux d’anti-oxydants et convertit les composés instables, comme l’allicine, en substances stables, promotrices de santé. IL contient principalement des composés organosulfurés hydrosolubles  et stables, qui sont de puissants anti-oxydants .On trouve entre autre la S-allyl-mercaptocystéine, composé exclusif à l’ail noir, et la S-allyl-cystéine, biodisponible à 98%. L’ail noir contient également quelques composés organosulfurés liposolubles, des flavonoïdes et d’autres nutriments essentiels comme le sélénium.

Ail noir

Effets anti-oxydants de l’ail noir
Les radicaux libres causent des dommages à l’ADN, aux lipides et aux protéines, en provoquant des mutations, en  endommageant les membranes cellulaires, en déréglant le fonctionnement des enzymes et en réduisant l’immunité. Ces radicaux libres, déchets du métabolisme normal, sont habituellement neutralisés par les enzymes cellulaires et de petites molécules comme le glutathion, par les vitamines et les minéraux provenant de l’alimentation. Des niveaux élevés de radicaux libres, lors d’inflammations ou d’exposition au soleil, les radiations ionisantes, les polluants, l’exercice physique et certains médicaments  requièrent une protection anti-oxydante supplémentaire, et en son absence, il y a stress oxydatif. Le stress oxydatif joue un rôle dans l’arthrite, l’athérosclérose, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, le SIDA, le cancer et dans la mort programmée des neurones (apoptose), qui peut amener à la maladie d’Alzheimer et à d’autres maladies neurodégénératives.
L’ail noir contient plus d’anti-oxydants que les préparations d’ail et l’ail frais, et il renforce les anti-oxydants cellulaires, comme le glutathion, qui aident au maintien de l’immunité et préviennent la toxicité des médicaments. Il contient également des peroxydases qui éliminent les peroxydes toxiques.

Effet de réduction du cholestérol  et de la tension
Les facteurs majeurs de risque pour les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux sont l’hypertension et des niveaux élevés de cholestérol LDL et de triglycérides. Les études cliniques montrent que l’ail noir et la S-allyl-cystéine peuvent aider à réduire ce risque. Une dose journalière de 2.4-4.8 g  pendant 6 mois a réduit le cholestérol total de 5-7%, et a abaissé les taux de LDL, de triglycérides tout en diminuant la tension, a inhibé l’agrégation plaquettaire et augmenté le HDL. La S-allyl-cystéine, composé principal de l’ail noir, diminue le cholestérol en inhibant sa synthèse via l’enzyme HMA-CoA, en utilisant ainsi le même mécanisme que les statines.
Une autre étude  a montré que l’extrait d’ail noir diminuait les taux plasmatiques de cholestérol et de triglycérides. Chez les patients qui recevaient une alimentation supplémentée par 2% d’extrait d’ail noir, les taux plasmatiques de triglycérides et de cholestérol étaient respectivement inférieurs de 30 et de 15% par rapport au groupe de contrôle.

Réduction du taux d’homocystéine
Des taux élevés d’homocystéine, qui peuvent résulter d‘une déficience en vitamine B et  en folates sont un risque majeur pour les  maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, la maladie d’Alzheimer et le cancer. Des études précliniques menées à la Pennsylvania State University  ont montré qu’une supplémentation en ail noir diminuait les taux d’homocystéine lors d’une déficience en folates.

Protection du cœur et des artères
Une étude réalisée à l’UCLA a montré qu’une supplémentation quotidienne en ail noir réduisait de nombreux facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires. Lors d’une étude randomisée, en double aveugle et avec contrôle placebo qui a duré un an, 19 patients cardiaques sous statines  qui ont reçu 1200 mg d’ail noir par jour ont vu l’accumulation de plaque coronaire diminuer de 50%,  leur HDL s’améliorer et les taux d’homocystéine baisser, alors qu’il augmentait dans le groupe placebo. Comme pour les personnes en bonne santé, l’ajout d’ail noir à l’alimentation des cardiaques peut aider à la prévention de l’athérosclérose  et maintenir le cœur en bon état.

Stimulation de l’immunité et effet antiviral
L’extrait d’ail noir augmente l’immunité et aide à combattre les infections. Des études précliniques ont montré qu’on peut prévenir une infection par le virus de l’influenza en ajoutant de l’ail noir à l’alimentation, et est aussi efficace que la vaccination. L’extrait d’ail noir augmente l’activité des macrophages, des cellules de la rate et des cellules natural killer (NK). Il stimule la prolifération des lymphocytes T et augmente la toxicité des lymphocytes pour les cellules cancéreuses.

Effets antibactériens et antifongiques
L’ail noir inhibe la croissance du Candida albicans, que l’on retrouve souvent chez les patients immunodéprimés, et éradique Heliobacter pylori, qui est liée aux ulcères et cancers de l’estomac. Il protège également le foie contre la toxicité des carcinogènes et du paracétamol, un des antalgiques les plus consommés.

Effets de neuroprotection
Il y a approximativement 10% des personnes de plus de 65 ans qui contractent la maladie d’Alzheimer. L’ail noir possède le potentiel pour protéger le cerveau des conditions neurodégénératives en protégeant les cellules neuronales contre l’apoptose. La S-allyl-cystéine, le composant majeur de l’ail noir, prévient également la mort des neurones qui suit une ischémie et augmente de 30%  par rapport au groupe de contrôle le taux de survie des cellules de l’hippocampe, siège de la mémoire.

Effets anti-âge
Une prise régulière d’ail noir ou de S-allyl-cystéine a permis de prévenir la dégénération du lobe frontal, améliorant ainsi l’apprentissage, la mémoire et allongeant la durée de vie. L’ail noir a également démontré des effets neurotrophiques, ainsi qu’une capacité à améliorer la libération de sérotonine, ce qui a un effet antidépresseur.

La sécurité de l’ail noir a été confirmée dans des tests toxicologiques et des études cliniques portant sur plus de 1000 sujets. Plus de 400 études scientifiques ont été menées sur l’ail noir, dans des Universités majeures et dans le monde entier. Toutes ces études, qui se sont focalisées sur une variété de facteurs de risque cardiaque comme le cholestérol, l’hypertension, le taux d’homocystéine, l’oxydation du LDLcholestérol, l’inhibition de l’agrégation plaquettaire, mènent à la même conclusion :
Une prise régulière d’extrait d’ail noir est indiquée dans le cadre global d’une alimentation saine et ne présente pas d’effets secondaires.
Une formule entièrement naturelle qui permet de réduire le mauvais cholestérol tout en augmentant le bon cholestérol de manière aussi efficace que les médicaments classiques mais qui ne présente aucun effet secondaire.

Le policosanol  est une  substance naturelle, extraite de la canne à sucre, qui joue un rôle essentiel  dans la  prévention  des maladies  cardiovasculaires par  son action hypocholestérolémiante  et  antiagrégante  plaquettaire. Le  Policosanol  diminue  la  production  de cholestérol par le foie.
Des études scientifiques récentes et nombreuses (plus de 60 essais cliniques sur plus de 3 000 patients) démontrent que le policosanol est aussi efficace que les médicaments classiques (notamment les statines) pour faire baisser le cholestérol. De plus, le policosanol fait non seulement baisser le taux de LDL (« mauvais cholestérol ») de 13 % à 25 %, selon les résultats des études, mais lorsqu’il est pris à long terme, il fait aussi augmenter le taux de HDL (« bon cholestérol ») de 8 % à 29 %.

L’ail noir est un ail spécialement fermenté dans le but de supprimer son odeur caractéristique mais surtout afin de développer des substances actives qui ont de nombreux effets thérapeutiques et qui n’existent pas dans l’ail classique.
Par exemple, la S-Allyl-Cystéine (SAC) est un composant clé extrait de l’ail noir et qui est responsable des effets cardioprotecteurs démontrés par de nombreuses études cliniques. En effet, l’ail noir possède de nombreuses propriétés thérapeutiques dont la réduction des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire par :
• la diminution des lipides sanguins comme le cholestérol et les triglycérides,
• une inhibition de l’agrégation plaquettaire (fluidification du sang),
• une amélioration de la circulation,
• une réduction de la tension artérielle chez les hypertendus.

L’inositol hexanicotinate
Dans plusieurs recherches cliniques, la niacine (vitamine B3) s’est révélée aussi efficace que  les  médicaments  pour  réduire  le  LDL et augmenter le HDL, et semble jouer sur plusieurs  autres  facteurs  menant  aux maladies cardiovasculaires. Malheureusement, certaines  personnes  la tolèrent  mal et connaissent des problèmes de vasodilatation du visage et du cou.

Ces  problèmes  n’existent  plus  avec  une nouvelle  forme  de  niacine :  l’inositol hexanicotinate.

 

 

 

 

ail antibactérien laxatif antibiotique naturel vermifuge naturel antifongique diurétique ail noir