<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

protéines

LE CHANT DES PROTÉINES

DIALOGUER AVEC LE VIVANT
C’est le son qui organise le vivant puisqu’il préside à la synthèse des protéines.
I
l est bien connu que la musique agit sur l’humeur des humains, des animaux et même sur la croissance des plantes. Observateur de ce phénomène depuis quarante ans, Joël Sternheimer, docteur en physique théorique et musicien, en a scientifiquement décodé le principe et les effets. Ses découvertes sont à l’origine d’un nouveau concept de biologie ondulatoire, à la croisée de la biologie moléculaire et de la physique quantique : la génodique.
Cette discipline apporte une dimension supplémentaire à la biologie, en prenant en compte les aspects ondulatoires (ou vibratoires) de l'expression du génome, et en intégrant la dimension de "sujet" propre à tout élément du vivant, en plus de sa dimension d’ "objet ".

Taux vibratoire

Résumé des lois de résonnance harmoniques découvertes par Joël Sternheimer (1)
Des ondes d’échelle permettent la communication entre les différents niveaux d'organisation du vivant.
Les acides aminés émettent des séquences de signaux quantiques appelées protéodies qui constituent les mélodies moléculaires propres à chaque protéine.
Le décodage et la transposition de ces mélodies dans la gamme audible permet d’influer sur la synthèse des protéines, à la base des processus du vivant, dans le respect de ses lois. (2)

Intégrer l'observateur dans son champ d'observation, ça change tout
Cette prise en compte est l’axe fondateur des découvertes de Joël Sternheimer. Il affirme clairement que c’est la distinction sujet-objet qui fonde une science digne de ce nom, et pas l’exclusion du sujet telle qu’elle est conventionnellement pratiquée par les scientifiques(3). Le fait de se considérer comme neutres et extérieurs à « l’objet » observé – une erreur en soi – conduit aussi à ignorer la part de sujet présente dans tout objet d’étude, comme dans les bactéries par exemple. C’est pourtant cette dimension de sujet qui permet de communiquer avec l’objet en question, et comme nous le faisons de toute façon inconsciemment, quoique nous en pensions, autant prendre la donnée en compte. Ce positionnement est le prérequis de tout protocole de recherche visant à mieux connaître n’importe quel organisme. Le dialogue ainsi établi permet de le connaître de l’intérieur, que ce soit une table, une fleur ou une personne. Il montre l’inutilité et l’absurdité des méthodes classiques d’investigation guerrières qui "cassent" la matière et étudient la vie en observant des tissus morts, tués au formol et à l’acide (4).
Les principes fondateurs de la génodique démontrent l’inanité de la manipulation du génome, que ce soit sous la forme de thérapies géniques ou de cultures transgéniques. En revanche ses applications ouvrent de larges horizons à la médecine et à l’agriculture. Dans ce domaine, on observe par exemple une augmentation spectaculaire de la qualité, du goût, de la résistance naturelle et du rendement des produits maraîchers exposés au chant des protéines.
La génodique offre certainement des voies d’amélioration à beaucoup de maux de notre époque.

Les ondes d’échelle : un chaînon manquant retrouvé
Cette relation déterminante sujet/objet a amené Joël Sternheimer à modifier des équations fondamentales de la physique quantique.
En travaillant sur la distribution des masses des particules, il a découvert qu'elles étaient réparties suivant une gamme musicale, la gamme tempérée essentiellement, ce qui indique que dans les fréquences associées à ces particules il existe des harmoniques. Il a ensuite mis en évidence l'existence de signaux quantiques qu'il a appelées ondes d'échelle, émises par les particules à des fréquences inaudibles, et notamment dans les cellules vivantes par les acides aminés ; des ondes qui relient les différents niveaux d’organisation de la matière, depuis les particules élémentaires jusqu'aux organismes complexes, dès lors qu'une qualité de sujet peut leur être reconnue, ce qui est toujours le cas.
Les vingt deux acides aminés, molécules de base communes à l'ensemble des organismes vivants, véritables piliers de l'organisation métabolique, émettent chacun une onde caractéristique dont la fréquence a été calculée. Ces ondes sont émises au moment où des chaînes d’acides aminés s'assemblent pour former une protéine. Elles sont appelées ondes d'échelle parce qu'elles relient entre elles des échelles différentes : celle de chaque acide aminé à celle de la protéine en formation.
 
Chaque protéine a une signature musicale
Les chaînes ainsi formées dans la synthèse d'une protéine se traduisent par l'émission d'une suite de hautes fréquences électromagnétiques, caractéristique de cette protéine, que Joël Sternheimer a appelé protéodie.
Ces fréquences sont transposables dans le spectre audible sous la forme de notes de musique. Selon la complexité des protéines, allant d’une dizaine à des centaines d'acides aminés, on obtient une séquence variant pareillement d'une dizaine à plusieurs centaines de notes. Leur succession naturelle met en évidence une progression qui évite les dissonances, favorise les fréquences proches et présente des régularités rythmiques. "Chaque protéine peut être caractérisée par sa musique, qui est une vision de la protéine à une autre échelle", précise l’inventeur.
 
Des mélodies moléculaires pour les plantes et les hommes
Le décodage et la transposition musicale des séquences d’acides aminés permettent d’ores et déjà de disposer d’une importante banque de données (5). Joël Sternheimer a ainsi répertorié un nombre important de thèmes musicaux équivalents au chant des protéines.
Jean-Marie Pelt, agrégé de pharmacie et botaniste, explique ce processus dans le domaine des plantes : " Lorsque les plantes "écoutent" la mélodie appropriée, les ondes acoustiques sont transformées "microphoniquement" en ondes électromagnétiques et se mettent à produire la protéine spécifique à cette mélodie". On peut ainsi stimuler n’importe quel processus vital –  croissance, germination, floraison ou mûrissement pour la plante – en connaissant ses protéodies. Mais on peut aussi le freiner ou l'inhiber en composant une mélodie en opposition de phase.
Joël Sternheimer insiste sur le fait que ce qui agit dans la musique des protéines, ce n’est pas la vibration mécanique mais l’information contenue dans la suite des intervalles d’une fréquence à l’autre, c’est-à-dire dans la donnée des changements d’unités successifs effectués par la plante-sujet (ou l’être humain) qui reçoit ces sons. Le son n’est ici que le support de l’information, laquelle peut être transmise sur d’autres vecteurs(6).
C’est dans cette distinction que se situe en substance le problème des OGM, où les plantes sont traitées comme des objets dans lesquels on aurait conservé le son et oublié la musique, d’où entre autre leur forte mutagénicité. Le décodage protéodique remédie à cet oubli et n’entraîne pas de conséquences néfastes et incontrôlables.
 
Le patient connaît la musique
Tout organisme reconnaît les séries de sons harmonisés accordés aux acides aminés. Le patient/auditeur/sujet est donc théoriquement capable de ressentir si la musique spécifique d'une protéine ou d'une molécule lui est nécessaire. Si oui, la mélodie lui procurera une émotion agréable, sinon elle lui semblera bizarre ou déplaisante. On constate qu’il est prudent d’arrêter l’audition à ce moment-là. C’est une forme de médication que le sujet peut et devrait maîtriser lui-même en apprenant à développer et à affiner son écoute (7). Cette notion qui peut paraître subjective annonce une véritable démocratisation de la médecine de demain (8).
"C'est la conscience qui est impliquée lorsqu'on écoute une molécule, explique Joël Sternheimer. Il y a une action directe sur le corps mais que l'on peut apprécier grâce à la connexion établie par le cerveau et le système nerveux ". L’émotion perçue à l’audition se traduit également par une augmentation de l’amplitude du pouls radial, qui cesse dès que l’émotion disparaît.
 
Les musiques traditionnelles contiennent des fragments de protéodies
A l’origine, les musiques traditionnelles étaient thérapeutiques. De nombreux chamans ou guérisseurs créaient, et créent toujours, des mélodies qui agissent sur la santé de leurs patients. Ces musiques cycliques, en répétant certains passages qui sont en fait des fragments de protéodies, ont une probabilité d’ "accrocher" une séquence d’acides aminés en phase avec elles. Par exemple, le canon de Pachelbel, réputé pour ses effets apaisants, fait apparaître dans son fameux leitmotiv de huit notes le thème d’une protéine de régulation du stress.
Au siècle dernier on disait déjà que les thérapies par le son et la lumière seraient les thérapies du 21ème siècle. La génodique, mais aussi l’intérêt grandissant pour des activités psycho énergétiques  comme le yoga du son ou le chant biodynamique semblent le confirmer. Bien menées, ces pratiques nous aident à renforcer notre système nerveux et à nettoyer les résidus énergétiques des vieilles formes dont nous n’avons plus besoin ; elles permettent aussi de nous ajuster progressivement aux nouvelles fréquences vibratoires de notre monde en mutation.
Les cristallisations de Masaru Emoto nous montrent noir sur blanc l’action plus ou moins bénéfique de l’environnement sonore sur notre eau cellulaire qui en garde la trace mémorielle.
 
MES COUPS DE COEUR DE NaturoÉnergéticienne
AIMEZ-VOUS VIVANT
1- I-LIKE Metaphysic : changez les flèches en fleurs

Offrez-vous réellement un style de vie optimal : gamme vital, Meta-convertisseur , beauty line
http://www.rdraize.i-like.net
 
2- ORGASMIC BUDDHA
C’est en Provence, au pied du Mont Ventoux qu’Orgasmic Buddha met tout son savoir faire et tout son amour pour vous offrir les extraordinaires bienfaits des graines germées. Dans ce cadre idyllique nous avons créé toute une gamme de produits à base de graines, sélectionnées spécialement pour leurs qualités nutritionnelles et gustatives.
http://www.orgasmicbuddha.com
 
N. B
(1) Les travaux de Joël Sternheimer sur les protéodies ont fait l’objet d’un brevet validé par un jugement de la chambre de recours de l'Office Européen des brevets en 2004, qui fait jurisprudence en Europe. Intitulé "Procédé de régulation épigénétique de la biosynthèse des protéines par résonance d’échelle", cet exposé démontre que la synthèse d'une protéine dans un organisme n'est pas seulement régie par des mécanismes biochimiques mais aussi par une régulation à distance, un thème développé dans la partie Biologie quantique. Pour en savoir plus, consulter les sites : www.genodics.net et www.genodics.com.
(2) Tout savoir donne un pouvoir et l’usage que l’on fait des choses demeure déterminant. Comme ailleurs, éthique et discernement seront les meilleurs garde-fous.
(3) Joël Sternheimer offre à notre  réflexion ce passage de la sagesse juive traditionnelle : "Le sage est celui qui s’inclut, comme partie prenante, dans l’univers qu’il étudie, alors que le pervers le considère au contraire du dehors".
(4) Voir dans cette partie l’édifiant Face à face Pasteur / Béchamp établi par le Dr Alain Scohy.
(5) De très nombreuses séquences d'acides aminés sont connues et disponibles sur différentes banques de données. En revanche le procédé d'élaboration des protéodies et leur application sont protégés par un brevet qui couvre le code et la méthodologie mis au point par Joël Sternheimer pour transposer le génome en séquences de notes musicales ou de couleurs, ainsi bien sûr que toutes les mélodies élaborées en appliquant ce code.
(6) Cette distinction entre l’information et ses supports est développée dans la partie Champs informationnels.
(7) NdCC : Si notre inconscient capte des milliers de stimuli ou informations à la seconde, notre moi rationnel n’en sélectionne et perçoit qu’une (ou quelques) dizaine(s), néanmoins envahissantes si elles ne sont pas pertinentes. En changeant nos "filtres" , principalement créés par nos croyances limitantes, nous accédons à de nouvelles informations, en nous-mêmes et à l’extérieur, et nous pouvons les trier de façon plus adaptée à nos besoins.
(8) Cette conception démocratique est aussi un apport de la Médecine Nouvelle de Hamer et un thème récurrent dans la partie Biologie quantique.
Source: http://masantequantique.blogspot.fr