<

Pensez à visiter la rubrique " Cyber Cartes" vous y trouverez des cartes de sympathie à envoyer à vos connaissances

GENERALITES.

Divers sujets qui gravitent autour de la thématique de mes pages.

POUR CUISINER SANS DESTRUCTURER VOS ALIMENTS

En plus d’une alimentation équilibrée il est de plus en plus indispensable de se complémenter en vitamines, suppléments, remèdes adaptogènes, immunostimulants…
La faute à l’ionisation et la manipulation O.G.M. des végétaux, mais aussi à la destruction des vitamines, minéraux et nutriments d’une cuisson trop intense.

Et si vous favorisez les aliments bio et que vous fuyez les O.G.M., il serait dommage de sacrifier la vitalité de vos aliments pour retrouver sous forme de nébulisats et comprimés les vitamines et minéraux qui s’échappent quotidiennement de votre dîner.

Pourtant il existe bien une solution encore méconnue, permettant de transformer chacun de ses repas en véritable festin vitaminique.
Le problème dans la cuisson des aliments c’est qu’elle entraîne dans la grande majorité des cas une perte considérable des vitamines, enzymes, nutriments et sels minéraux.

Le processus de déperdition se déroulant ainsi :
→ entre 45° et 50°, certaines enzymes s’inactivent,
→ entre 60° et 75°, la vitamine C commence à disparaitre,
→ entre 70° et 100°, une processus d’hydrolyse détériore les protéines,
→ à partir de 90°, les vitamines du groupe A et B disparaissent à leur tour,
→ à partir de 100°, les sels minéraux et oligo-éléments ne sont plus assimilables,
→ à partir de 120°, les dernières vitamines encore présentes s’oxydent,
→ à partir de 140°, les végétaux et les fruits ne sont plus qu’un amas de cellulose indigeste.

De plus certains modes de cuisson génèrent des substances reconnues cancérigènes ou fortement toxiques comme :

→ les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP),
→ les amines hétérocycliques,
→ la carboxyméthyllysine,
→ et l’acrylamide.

C’est probablement la raison pour laquelle des courants se sont progressivement développés en réaction aux dangereuses carences et intoxications qu’impliquent les différents modes de cuissons :
→ certains prônant une alimentation vivante et crue, crudivores, frugivores, « paléo », etc.
→ d’autres, plus tempérés mais tout aussi conscients, choisissant une supplémentation en compléments alimentaires et nutritionnels accompagnés d’une alimentation bio aussi fraîche que possible.

Alors, y a-t-il un moyen de se faire plaisir sainement en :
→ cuisant les aliments sans les dénaturer,
→ conservant intacts presque toutes les vitamines et minéraux naturellement présents,
→ et en évitant soigneusement de déstructurer les molécules des ingrédients ?

La magie de la cuisson à basse température
Prenant le contrepied des grandes marques d’électroménager dorénavant spécialisées dans la production de fours autonettoyants ultra sophistiqués bourrés de nanoparticules ultra nocives et diffusant des micro-ondes polluantes, je viens d’essayer un appareil tout à fait atypique.
Etant végétarien convaincu depuis 30 ans et cuisant assez peu mes aliments, je ne pensais absolument pas avoir besoin de remplacer mon vieux four… comme j’avais tort de croire cela.

En adoptant ce nouveau mode de cuisson, j’économise dorénavant plus de 50% sur la consommation électrique de mes ustensiles de cuisine, et j’ai pu me débarrasser sans regrets de :
→ mes plats de cuisson,
→ mes casseroles,
→ mon grille-pain,
→ mon four à pain,
→ mon cuiseur de riz,
→ mon cuit-vapeur,
→ et même de ma yaourtière.

Par la même occasion, je n’ai plus besoin de :
→ me complémenter avec les vitamines perdues pendant la cuisson,
→ faire des efforts pour cuisiner des plats savoureux,
→ saler mes aliments pour leur donner du goût,
→ ajouter le moindre corps gras,
→ ni de faire dix kilos de vaisselle, ou de nettoyer pendant des heures les taches de gras dans la cuisine.
C’est devenu pour moi une telle passion, qu’aujourd’hui j’ai décidé de la partager avec vous.

Mon Omnicuiseur, ma vitalité
Ce que j’ai trouvé pour remplacer mon vieux four et ses 15 ans de bons et loyaux services s’appelle un «Ominicuiseur Vitalité», et je n’ai jamais été aussi heureux en cuisine.
→ En cuisant à la vapeur, il conserve 96% de la vitamine C et 97% des sels minéraux.
→ Dans la préparation des gratins, il préserve plus de 90% de la vitamine C.
→ Pendant le dorage des pommes rissolées ou des viandes, il garde 100% des bonnes graisses, sans les transformer en mauvaises graisses.
→ En comparaison d’une cuisson à la casserole il permet de réaliser jusqu’à 77% d’économie d’énergie.
→ Il peut absolument tout cuisiner en plus digeste, plus savoureux et plus vitaminique que n’importe quel autre appareil.

A présent comprenez-vous pourquoi j’ai été séduit ?
Par exemple, moi qui adore me préparer un bon porridge bien chaud en hiver, au fil des ans je pensais être passé maître dans cette préparation culinaire.
En remuant les flocons d’avoine pendant cinq à dix minutes à feux doux pour arriver à la texture idéale, j’étais persuadé être parvenu à la recette la plus digeste qui soit. 
Eh bien non et mille fois non !
Avec mon Omnicuiseur Vitalité il m’aura suffit de verser une bonne dose de flocons d’avoine dans un des plats en porcelaine proposés avec l’appareil, de les recouvrir de deux fois et demie leur volume en lait de soja, d’ajouter un peu de stevia, des raisins secs, de la cardamome broyée et un peu de fleur d’oranger, et d’attendre bêtement une petite trentaine de minutes, sans même avoir à mélanger.

Le résultat surpasse absolument tout ce que j’aurais pu imaginer :
→ le flocon est parfaitement tendre sans être un tant soit peu abîmé, étant donné qu’il n’a fait que s’imprégner lentement du lait végétal sans bouger d’un millimètre,
→ le fond du plat n’est absolument pas brûlé, ni même gratiné,
→ la saveur est surprenante, le goût restitué de chaque ingrédient transcende complètement ce que j’avais goûté jusqu’à présent,
→ si on n’en abuse pas, ce qui est loin d’être la partie la plus facile, la digestion se fait deux fois plus vite et deux fois plus facilement,
→ on se sent rempli d’une énergie nouvelle qui est tout à fait inhabituelle par rapport aux ingrédients que l’on a l’habitude de consommer dans les mêmes proportions.
Bref, je suis ravi du résultat.

Nous avons vu ce que l’Omnicuiseur Vitalité évite en terme d’intoxications, voyons à présent les perspectives qu’il ouvre.
Tout reste dans votre assiette
Si vous avez l’habitude de considérer qu’un cuit-vapeur permet une préparation parfaitement saine et diététique, bien que je sois conscient de la déperdition vitaminique inhérente à ce type de cuisson, habituellement j’aurais abondé en votre sens.

Maintenant imaginez un simple verre d’eau versé dans le fond de votre Omnicuiseur Vitalité qui suffirait pour faire cuire à la vapeur 750 grammes de légumes variés, puisque seulement une quantité infime de vapeur va s’échapper pendant la cuisson. 
Pendant ce temps, bien entendu, vos légumes reposent sur un support leur évitant d’entrer en contact avec l’eau.

Au final, ils sont fermes à l’extérieur et fondants à l’intérieur, et sans ajouter un gramme de sel ils restituent la saveur des sels minéraux naturellement présents.

Les aliments profitent à la fois d’une cuisson vapeur sans pression et d’un dorage lent respectant parfaitement l’aliment, faisant d’une simple pomme de terre une découverte culinaire en perspective.

On peut ainsi gérer très facilement et en se faisant plaisir :
→ les excès de mauvaises graisses pour prévenir les maladies cardiovasculaires,
→ les sucres et le diabète,
→ les régimes pauvres en sodium,
→ les régimes sans gluten (vos recettes vont être sublimées),
→ les régimes végétariens,
→ des repas plaisir & santé en famille ou entre amis, (avec une capacité de cuisson allant jusqu’à dix personnes par plat),
→ des diners gastronomiques plus sains et plus digestes,
→ la boulangerie et les viennoiseries (il cuit le pain et les brioches comme personne),
→ la possibilité de cuire carné d’un côté et végétarien de l’autre sans mélanger les saveurs,
→ les légumes aussi bien farcis, braisés, vapeur, que gratinés,
→ les pâtisseries,
→ et même les yaourts…

Enfin et par-dessus tout, quelque chose qui aura nécessairement impressionné un fainéant comme moi, la possibilité de n’avoir qu’à verser en vrac des pâtes crues avec de l’eau froide et différents ingrédients dans la cocotte avant de le laisser s’occuper du reste, et ainsi obtenir un merveilleux gratin.

Depuis que je me le suis procuré j’ai tout réussi, même ce qui relevait pour moi de l’expérience culinaire la plus improbable.

Aujourd’hui j’ai l’impression de manger dans un restaurant végétarien cinq étoiles à chaque repas.

Bien à vous, 
Jean-Baptiste Loin

** Au lieu d’acheter un nouveau four ou un équipement de cuisson polluant, pour le même prix je vous invite à vous procurer vous aussi l’Omnicuiseur Vitalité en me contactant ici: http://www.le-comptoir-malin.com/
Je vous offre: garantie 5 ans au lieu de 2, frais de port, facilités de payement....


Il vous rendra infiniment plus de services, vous fera faire des économies en consommation électrique et en efforts, et vous offrira le moyen de cuisiner facilement une diététique saine et savoureuse sans vous fatiguer.
Ce sera un merveilleux cadeau pour tous ceux dont les habitudes alimentaires laissent à désirer à cause de leur gourmandise… ou de leur manque de temps.
Je vous en ai déjà beaucoup dit, toutefois je ne résiste pas à vous donner un bref aperçu de son potentiel en vous dévoilant quelques recettes que j’affectionne particulièrement :

VELOUTE DE POTIRON
500 grammes de chair de potiron
1,2 litre d’eau
sel (facultatif)
mélange d’épices : cannelle, poivre, clou de girofle
2 cuillères à soupe d’huile d’olive M DIET

Placez la chair de potiron coupée en morceaux dans la cocotte de votre Omnicuiseur.
Versez l’eau, l’huile, le sel et les épices.
Fermez la cocotte et faites cuire pendant 35 minutes :
→ thermostat du haut sur position 1
→ thermostat du bas sur position 2.
N’ouvrez la cocotte que 15 minutes après la fin de la cuisson, puis mixez pour obtenir un délicieux velouté, que vous pourrez, si vous le souhaitez, agrémenter d’un peu de crème de soja.

PÂTE VEGETARIEN
1 gros oignon
2 cuillères à soupe d’huile d’olive M DIET
3 carottes
150 grammes de pain complet rassis
1 litre de bouillon de légumes (ou éventuellement infusion salée d’herbes aromatiques variées)
sel (facultatif) et poivre
sarriette et persil
3 gousses d’ail écrasées
5 cuillères à soupe de levure maltée
une trentaine d’olives noires

Hachez finement l’oignon et râpez les carottes.
Humectez le pain rassis dans le bouillon jusqu’à ce qu’il soit bien défait.
Mélangez tous les ingrédients ensemble : pain, oignon, carottes, épices, huile, ail, levure maltée, et olives coupées en petits morceaux.
Tapissez un moule à cake en porcelaine de papier cuisson et versez-y votre préparation.
Placez le moule sur la grille de cuisson posée au fond de la cocotte, position basse.
Versez 3 cuillères à soupe d’eau au fond de la cocotte.
Faites cuire pendant 25 minutes :
→ thermostat du haut sur position 2
→ thermostat du bas sur position 2.
Puis 25 minutes :
→ thermostat du haut sur position 1
→ thermostat du bas sur position 1.
Vous inverserez également la cocotte au bout de 25 minutes.

PAIN D'EPICES
250 grammes de farine de seigle
200 grammes de miel
1 cuillère à café de bicarbonate de soude
1 grosse cuillère à soupe de mélange d’épices spécial pain d’épices (anis étoilé, cardamome, cannelle, gingembre, girofle, coriandre)
175 millilitres d’eau

Portez l’eau à ébullition, avant d’y dissoudre le miel, hors du feu.
Mélangez dans un saladier la farine, le bicarbonate et les épices.
Versez sur la farine l’eau miellée tiède, puis mélangez jusqu’à obtenir une pâte bien homogène.
Tapissez un moule à cake en porcelaine de papier cuisson et versez la pâte.
Placez le moule sur la grille de cuisson posée au fond de la cocotte, position basse.
Versez 6 cuillères à soupe d’eau au fond de la cocotte.
Faites cuire pendant 10 minutes :
→ thermostat du haut sur position 2
→ thermostat du bas sur position 2.
Puis 60 minutes :
→ thermostat du haut sur position 1
→ thermostat du bas sur position 1.

Et tant d'autres recettes à visiter où à découvrir